Crise

2391 mots 10 pages
Le marginalisme désigne un moment de rupture - on parle d'ailleurs plus souvent de « révolution marginaliste » - dans l'histoire de la discipline économique, entre 1870 et 1890, où se met en place une pensée alternative à la pensée économique classique. Son point de départ est associé à l'apparition simultanée et indépendante de trois ouvrages : The Theory of Political Economy de l'Anglais William Stanley Jevons paraît en 1871, la même année que les Grundzätze de l'Autrichien Carl Menger, tandis que les Eléments d'économie politique pure du Français Léon Walras paraissent en deux temps entre 1874 et 1877.Essentiellement fondé sur un raisonnement à la marge (relatif à la dernière unité consommée, produite...), le marginalisme place au cœur de la théorie économique les concepts d'utilité marginale et de productivité marginale. L'aboutissement du marginalisme est la pensée néoclassique, même si les deux termes sont parfois employés comme synonymes.Un socle conceptuel précurseur Avant Jevons, Menger et Walras, un grand nombre d'économistes ont eu recours à un raisonnement de type marginaliste. Ces raisonnements étaient soit appliqués à des problèmes précis, soit perçus comme des instruments d'approfondissement des thèses de David Ricardo (1772-1823), sur la valeur et la répartition .

Principes fondamentaux : - Ils reprennent les idées des classiques: l'économie de marché, la libre concurrence, pas ou peu d'intervention de l'état, la libre économie, la neutralité de la monnaie... - L'équilibre est général, c'est à dire simultané sur tous les marchés. Thèmes et analyses : - Le raisonnement se fait au niveau micro-économique à partir du comportement des agents qui se rencontrent sur

en relation

  • Crise
    19193 mots | 77 pages
  • Crise
    1667 mots | 7 pages
  • La crise
    614 mots | 3 pages
  • Crise
    7812 mots | 32 pages
  • La crise
    7457 mots | 30 pages
  • La crise
    5445 mots | 22 pages
  • La crise
    950 mots | 4 pages
  • La crise
    1066 mots | 5 pages
  • La crise
    1838 mots | 8 pages
  • La crise
    729 mots | 3 pages