crroire et battre en afrique

Pages: 11 (2651 mots) Publié le: 6 janvier 2014
ans son introduction, l'historien rappelle combien le débarquement en Normandie, événement considérable pour l'histoire, est aussi nimbé de mythes. Mythe de l'énorme supériorité matérielle alliée d'abord. De la lutte entre le "bien" et le "mal" ensuite. De l'idéalisme de Roosevelt face aux Soviétiques contre le cynisme de Churchill. Or pour Wieviorka, le débarquement oppose avant tout deuxarmées, plus que deux idéologies. L'historien se propose donc de repartir à la découverte de la violence, administrée ou subie, et de ne pas faire qu'une simple histoire militaire mais d'articuler tous les aspects dans son analyse -y compris politiques. De revenir sur le rôle de la Résistance française, sur les pertes, sur la place de la population civile, sur l'économie et la logistique. In fine, ils'agit aussi de s'interroger sur les buts de guerre des Alliés et sur leurs tiraillements internes. S'inscrivant dans uOlivier Wiewiorkane tradition anglo-saxonne, Wiewiorka cherche donc à présenter le débarquement tel qu'il a été conçu, planifié et exécuté, sans en cacher les failles ni les ratés. Sortir de l'histoire "magnifiée" du D-Day, en quelque sorte, et faire une "histoire totale" dudébarquement.

Le premier chapitre est consacré à la mise en route d'Overlord et aux relations tendues qui en découlent à l'intérieur du camp allié. L'historien revient ensuite sur la mobilisation économique, pas si exemplaire que ça ni au Royaume-Uni, ni aux Etats-Unis, de même que les armées respectives des deux Etats-bâties plus ou moins dans l'urgence de la guerre, sans véritable mobilisation"idéologique" contre le nazisme -en particulier chez les Américains. La conception du plan et la nomination des responsables de l'opération furent loin d'être une sinécure -le rôle d'Eisenhower étant particulièrement ambigu : simple superviseur de l'ensemble ou véritable commandant en chef ? L'exécution d'Overlord est fortement contrainte par question du nombre des bateaux de débarquementdisponibles, tandis que la cohabitation entre Américains et Britanniques au Royaume-Uni n'est guère aisée et que les derniers entraînements montrent encore de sérieuses lacunes. Les Alliés mettent aussi en oeuvre une intense campagne de bombardement pour paralyser au mieux les déplacements allemands en France. Il faut aussi veiller à l'appui apporté par l'allié soviétique -dont les Anglo-Saxons ont plusbesoin en 1944 alors que l'inverse était vrai deux ans plus tôt. D'ailleurs le Prêt-Bail ne porte véritablement ses fruits qu'à partir de 1943-1944, démontant quelques idées reçues sur une URSS incapable de remporter la guerre sans les Anglo-Américains. Enfin, l'intoxication des services de renseignement allemands fait son oeuvre, arrivant surtout à faire croire que le premier débarquement ne seraqu'une diversion face à un second plus massif dans le Pas-de-Calais, plutôt que de masquer complètement la cible qu'est la Normandie. Côté allemand, si l'économie de guerre est loin d'être à genoux, le différentiel ne cesse de se creuser avec les forces alliées et le commandement ne sait pas où doit avoir lieu le débarquement, ce qui conduit à une dispersion des forces déjà bien insuffisantes.Au jour J, la préparation aérienne et navale ne se montre pas aussi efficace que prévu. Pour Wieviorka, le succès du débarquement n'est qu'en demi-teinte, Caen restant aux mains des Allemands et un front continu entre les plages n'étant établi que le 12 juin. Le manque d'allant des troupes britanniques se fait sentir tandis que les Américains se heurtent au bocage et que l'effort allié estentravé par les problèmes logistiques. Les Anglo-Américains ont donc gagné une bataille, mais pas la guerre, selon l'historien. L'impasse stratégique se confirme, Montgomery piétinant devant Caen, les Américains s'emparant de Cherbourg mais étant confrontés à des difficultés plus au sud, alors même que l'armée allemande conserve sa cohésion en dépit des nombreux problèmes qu'elle rencontre aussi....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Battre
  • Afrique Mon Afrique
  • Afrique
  • Afrique
  • afrique
  • Afrique
  • afrique
  • Afrique

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !