Crypto.pdf

14219 mots 57 pages
Chapitre 7
Cryptographie et procédés de chiffrement
L’essence même de la cryptographie est de permettre à deux entités de communi- quer via un réseau public de sorte qu’un tiers à l’écoute soit dans l’impossibilité de comprendre le contenu des messages échangés. Par réseau public on entend un mé- dium de communication qui ne comporte aucune restriction ni contrôle d’accès. Cela peut être le réseau téléphonique ou Internet par exemple. L’utilisation de moyens cryp- tographiques doit rendre inexploitables les informations illégitimement recueillies sur le canal public.
L’usage de la cryptographie est fondamental lorsque la confidentialité des commu- nications ne doit souffrir d’aucune faille. C’est le cas par exemple de certains messages à caractère militaire ou, bien entendu, de transactions bancaires dans le cadre d’une activité de commerce électronique. Remarquons cependant que la préservation de la confidentialité des échanges n’est qu’une des fonctionnalités des moyens cryptogra- phiques ; il en existe d’autres comme on le verra dans la suite de ce chapitre mais pour le moment nous nous focalisons sur cet aspect particulier.
D’un point de vue très général, un échange de type cryptographique entre deux per- sonnes, disons Alice et Bob, s’élabore de la façon suivante. Alice, avant de transmettre son information, appelée message (ou texte) clair, à Bob via le réseau, la transforme, par l’emploi d’un système cryptographique, en un nouveau message dit texte chiffré ou cryptogramme dont la propriété essentielle est de dissimuler le sens du message
Chapitre rédigé par Sami H ARARI, Laurent P OINSOT .
89
90
Systèmes répartis en action... d’origine à tout individu autre que Bob. Celui-ci, interlocuteur légitime d’Alice, récu- père et décode le texte chiffré afin de retrouver le message clair qu’Alice souhaitait lui envoyer. Une tierce personne peut évidemment intercepter le message chiffré lors de sa transmission puisque le réseau sur lequel

en relation