Cyber

639 mots 3 pages
La monnaie est perçue comme neutre par certains, influente sur l'économie pour d’autres. avoir une influence sur Certains considèrent en effet que la monnaie peut l’emploi et la production.
Les classiques et les monétaristes : la neutralité de la monnaie
Selon les classiques et les néoclassiques, la monnaie n’a pas d’influence sur l’économie réelle. Il n’y donc pas de relation entre la sphère réelle et la sphère monétaire.
La monnaie détermine le niveau général des prix : c’est la théorie quantitative de la monnaie. Si on augmente la quantité de monnaie en circulation, on augmente d’un coup la demande globale. Puisque l’offre, elle, n’a pas bougé, le niveau des prix va augmenter. En effet, il y a trop de demande et très peu de produits offerts, ce qui augmente la valeur des biens et services. Hume considère que tous les prix doublent, ce qui montre qu’il n’y a pas de variation des prix relatifs des marchandises, et que les taux d’intérêt ne bougent pas. La monnaie n’a donc pas d’influence sur l’économie réelle, elle est neutre. Il n’y a en effet que des effets nominaux, non des effets réels. Hume montre que la monnaie est neutre à long terme (les chocs monétaires ont des effets sur une courte période).
En réaction aux politiques keynésiennes, les monétaristes considèrent quant à eux que la modification du stock de monnaie a une incidence sur le niveau général des prix ; ils confirment donc la théorie quantitative de la monnaie selon laquelle la monnaie est neutre à long terme. L'un de grands monétaristes, Friedman, admet néanmoins que le choc monétaire peut avoir des effets sur la production à court terme, et donc sur les prix réels. Mais il montre que l'intervention publique par la politique monétaire n’a pas d’intérêt dans la mesure où elle n’a d’effet qu’à court terme et finit par déstabiliser l’économie. Il est donc nécessaire de respecter une règle monétariste fondamentale : la masse monétaire doit progresser à un taux égal au taux de croissance à long

en relation

  • Cyber
    1158 mots | 5 pages
  • CYber
    323 mots | 2 pages
  • Cyber
    2766 mots | 12 pages
  • Le cyber punk
    4225 mots | 17 pages
  • Cyber criminalité
    1782 mots | 8 pages
  • Cyber-bullying
    3908 mots | 16 pages
  • La cyber addiction
    2872 mots | 12 pages
  • Le cyber-escroquerie
    9395 mots | 38 pages
  • Le cyber harcelement
    268 mots | 2 pages
  • Cyber marketing
    3600 mots | 15 pages