Découverte de l'inconcient

1515 mots 7 pages
La découverte de l’inconscient :
Charcot (1826-1893) :
L’hystérisme est le symptôme qui va permettre la découverte de l’inconscient. C’est Charcot qui va isoler l’hystérie des autres maladies neurologiques et proposer la thérapie suggestive : hypnose. Il distingue quatre phases chez l’hystérique : la phase épileptoïdale, la phase théâtrale avec la contorsion du corps en arc, la phase des attitudes passionnelles avec hallucinations visuelles et la phase du délire terminal. Pour Charcot, les symptômes corporels reposent sur une origine traumatique.
Bernheim (1840-1919) :
Il est un initiateur moderne de la thérapie. Il critique la méthode suggestive de Charcot du point de vue scientifique et il démontre la résistance du patient à cette méthode. Il va surtout utiliser la parole plutôt que le regard et supprimer le magnétisme. Il montre surtout que l’épisode traumatique qui est à l’origine de l’hystérie demeure hors du champ de la conscience (reste caché).
Breuer (1842-1925) et la méthode cathartique :
Il joue un rôle important dans la pensée de Freud. Il s’intéresse à la psychologie et à l’hypnose à travers l’hystérie et dès 1877 il travaille avec Freud sur le cas de Anna 0.. Pour lui, il existe un lien entre l’affect refoulé et le symptôme hystérique. Il admet les quatre phases de Charcot et explique la conversion hystérique (paralysie d’un membre) comme un court-circuit électrique mettant en scène une contradiction entre le désir et le contre-désir. Pour lui il s’agit de pratiquer la méthode cathartique pour faire revivre les émotions ou affects liés au traumatisme : abréaction.
Freud et l’association libre et le transfert :
Il a connu l’hypnose de Charcot. Il emprunte la méthode cathartique avec Breuer mais l’utilise pour accéder aux scènes traumatiques et donner un modèle explicatif sur le symptôme hystérique au niveau économique et énergétique (d’ordre psychique). Les facteurs d’ordre sexuel lui paraissent une étiologie fréquente dans les névroses mais la

en relation

  • l'intimité
    9187 mots | 37 pages