Délinquance juvénile

12729 mots 51 pages
L’évolution de la délinquance juvénile : essai de bilan critique

Laurent MUCCHIELLI
(article paru Vie sociale, 2002, n°3, p. 21-47)

Proposer un essai de bilan critique sur le thème de l’évolution des délinquances juvéniles requiert quelques réflexions préalables sur la place de ce sujet dans le débat public actuel sur “ l’insécurité ” et sur la position de celui qui y intervient. Derrière la confusion que permet ce terme d’“ insécurité ”, il est en effet patent que c’est fondamentalement de “ la violence des jeunes ” – et surtout des “ jeunes de banlieues ” – dont il est question. Tout discours sur ce thème est donc surchargé d’enjeux et il apparaît nécessaire de signaler quelques logiques de construction de ces discours politiques et médiatiques sur “ l’insécurité ” avant de poser les bases d’un autre type de réflexion [1].

Les discours sur “ l’insécurité ” et la position du sociologue

Les discours sur “ l’insécurité ” doivent d’abord être resitués dans le champ politique. Au fils des ans, la rhétorique électorale des hommes politiques a enfermé le débat dans des slogans et dans des choix manichéens (à commencer par le fait d’être rangé dans le camp des “ démagogues ” ou dans celui des “ angéliques ”). Par ailleurs, un certain nombre de pseudo experts (en réalité des marchands de sécurité, des représentants de syndicats de police, des journalistes très politisés), bien implantés dans les médias, ont réussi à faire passer pour des vérités “ scientifiques ” un certain nombre d’affirmations et de catégories d’analyse comme : les statistiques indiqueraient une “ explosion de la délinquance des mineurs ”, les délinquants seraient “ de plus en plus jeunes et de plus en plus violents ”, ils n’auraient “ aucun repère ” et seraient “ désocialisés ”, l’école serait “ envahie ” voire “ submergée ” par “ la violence ”, les parents auraient “ démissionné ”, la police serait “ désemparée ” et la justice “ laxiste ”, enfin il faudrait admettre que “

en relation

  • Delinquance juvenile
    2407 mots | 10 pages
  • La délinquance juvénile
    372 mots | 2 pages
  • Délinquance juvénile
    20329 mots | 82 pages
  • delinquance juvenile
    906 mots | 4 pages
  • La délinquance juvénile
    2308 mots | 10 pages
  • delinquance juvenile
    1653 mots | 7 pages
  • Delinquance juvénile
    377 mots | 2 pages
  • Délinquance juvénile
    2177 mots | 9 pages
  • Delinquance juvénile
    281 mots | 2 pages
  • La délinquance juvénile
    4722 mots | 19 pages