Délinquence juvénile

Pages: 6 (1420 mots) Publié le: 20 juin 2010
Que faire alors ?

1/ Bis repetita : mettre en place une politique de prévention et de traitement social actif, avec des objectifs à long terme. Cela demande un très long développement qui na' pas sa place dans la présente note, pour ne pas diluer le débat.
2/ Traiter chaque délit, chaque acte "d'incivilité" : j'ai lu quelque part un propos minimisant la portée du geste d'un gamin qui"cracherait sur son instituteur" : c'est TRES GRAVE, de cracher sur quelqu'un! Cela implique une réplique appropriée - à savoir à la fois répressive et éducative. Personnellement, en tant qu'enseignant, ce genre de fait ne m'est jamais arrivé, mais je peux garantir que je ne l'aurais pas laissé passer sans réaction appropriée et que le cracheur aurait pigé à court terme que ce ne sont pas des choses àfaire… (Accessoirement, en faisant cela, je lui sauverais peut être la vie: parce que s'il recommence sur quelqu'un peu maître de ses nerfs, tout peut arriver. Qu'il me soit permis également d'ajouter que si ça ne m'est jamais arrivé alors que j'ai baroudé dans des endroits pas faciles - c'est une litote -, c'est peut être parce que quelque chose dans mon attitude démontre clairement que jemanquerais de "compréhension"…)
3/ Basta avec ces dizaines de "rappels à la loi", ou "d'admonestations solennelles" jamais suivis d'effets, qui ne font que ridiculiser la justice et lui ôter toute crédibilité. Alain Bauer (directeur de l'Observatoire de la délinquance) a cité le cas d'un ado de 15 ans admonesté 58 fois (vous avez bien lu: 58 fois) pour des "broutilles" telles qu'insultes, violences àenseignant, racket, vol à l'étalage, outrage à agents, contraventions de transports publics avec menaces de mort sur les contrôleurs etc. et qui, quand il a arraché le sac à main d'une vieille dame (la faisant tomber et lui cassant le col du fémur) a fini par tomber sur le coup d'une incarcération… avant, devant le juge, de fondre en larmes comme le gamin qu'il était encore et qu'on a laissés'enfoncer par un laxisme criminel.
Tout acte d'incivilité ou tout délit - après UNE admonestation à la rigueur - doit donner lieu à sanction et réparation effective - avec bien entendu une savante et méthodique gradation, et sans jamais oublier l'aspect éducatif de cette sanction: c'est beaucoup plus difficile et exigeant de mettre ce système en place que de se contenter de compréhension lénifiante, denier l'existence du problème.
De même, lorsqu'il est avéré que des parents sont défaillants - sans qu'il en soit toujours de leur faute d'ailleurs! -, la société se doit de les aider d'abord, de les contraindre ensuite, de se substituer à eux enfin, pour assurer les tâches éducatives primordiales. Mise sous tutelle des aides sociales (et non pas confiscation, bien entendu!), école des parents,nomination d'un référent qui "suit" la situation familiale en relation avec l'école ou les services sociaux, etc. tout cela est non seulement envisageable, mais nécessaire.
4/ Et dans les cas les plus graves, la société a non seulement le devoir de recourir à des méthodes plus fermes encore pour donner une dernière chance de recadrage au môme, mais également pour se protéger elle-même et protégerses éléments les plus fragiles. Quand les faits sont avérés, un agresseur sexuel, un auteur de vol avec violences laissé en liberté dans son quartier, même "sous contrôle judiciaire", cela constitue une incitation à faire de même, une apologie de l'impunité. Là encore, il peut et il doit y avoir gradation savante entre centres semi fermés, centres fermés et centre de détention pour les cas extrêmes.Et je me répète: si les militaires - en outre pas demandeurs! - ne me semblent a priori pas les plus qualifiés pour jouer le rôle d'éducateurs (encore que je puisse citer des contre-exemples dont les RSMA qui font un travail formidable dans les DOM, alors pas de dogmatisme, ni dans un sens ni dans l'autre), je crois sincèrement que certains jeunes paumés ont besoin d'être placés "un certain...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • la délinquence juvénile
  • La délinquence juvénile
  • Introduction sur la délinquence juvénile au Québec
  • La délinquence
  • La delinquence
  • Delinquence
  • Delinquence
  • Délinquence

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !