Désastre de lisbonne

Pages: 12 (2981 mots) Publié le: 12 novembre 2012
Il y a quelques années le monde fut bouleversé par les images poignantes venues du sud-est de l’Asie, région sinistrée pour un terrible tsunami ravageur qui, dans sa violence, envoya vers leur mort des milliers de victimes innocentes, tristes spectateurs impuissants d’une nature déchainée et cruelle. Ce bouleversement, aussi violent fût-il, n’était ni le premier ni ne sera le dernier que l’hommedoit affronter. Chaque sinistre d’une telle ampleur suscite néanmoins des interrogations et des questionnements qui tournent toujours autour de la question terriblement innocente du « pourquoi ».
Le 1er novembre 1755 l’Europe fut secouée par un terrible séisme qui ravagea purement et simplement la ville de Lisbonne. Cette ville, au cœur de la péninsule ibérique, fut la victime de la violence del’un des pires tremblements de terre qui aient été connus jusque-là, ce qui suscita des réactions mêlant effroi, émotion et colère. Ces sentiments-là se trouvent au cœur du poème écrit par Voltaire un an plus tard, un poème dans lequel cet illustre écrivain, chef de file du mouvement des Lumières, exprime à la fois la désolation face au spectacle affreux et une véritable interrogation quant àl’origine d’un tel mal. Comment l’auteur de Candide (1759) parvient-il à exprimer ces deux sentiments à travers ce poème ? De quelle manière ce texte peut-il être lu comme un témoignage ému et sincère face au spectacle de la nature déchaînée et, en même temps, comme une critique virulente de l’optimisme philosophique qui pose comme axiome que dans ce monde, créé par un Dieu bon et sage, « tout est bien» ? De quelle manière sentiments et arguments cohabitent-ils dans ce texte dont l’actualité semble frappante ?
Nous traiterons cette problématique à travers deux axes principaux : nous commencerons par montrer comment le poème parvient à exprimer les sentiments violents d’un spectateur désemparé puis, dans un deuxième temps, nous verrons comment Voltaire critique l’optimisme philosophique, enmontrant avec une habileté remarquable son inconséquence.


Le narrateur dans le poème exprime d’une façon forte et claire sa désolation face au spectacle affreux que laisse derrière elle la terre qui vient de trembler. Cette force est créée avant tout par le fait de s’adresser clairement aux lecteurs et de les interpeller.
Les apostrophes avec lesquelles débute le poème (v.1-2) font del’ensemble de l’humanité le destinataire du « cri » du narrateur. En renvoyant les hommes du monde entier à leur condition malheureuse de « mortels » (v.1 et 2) et à leur origine terrestre la voix émue du narrateur insiste sur la dimension universelle du désastre, ce qui est amplifié par le chiasme qu’on trouve au premier vers : « Ö malheureux mortels ! Ô terre déplorable ! ». L’effet estd’autant plus grand que dans les deux premiers vers le terme « mortels » est placé à l’hémistiche, ce qui a comme but de soulever l’attention du lecteur, représentant de l’homme en général. L’universalité du message s’appuie également sur l’évocation du côté terrestre de l’homme, lié, dans la tradition judéo-chrétienne, au péché originel qui fait de l’homme un être mortel, selon le récit du troisièmechapitre du livre de la Genèse. Avec le rapprochement entre l’homme et la terre Voltaire ouvre habilement son discours en insistant sur le fait pour la mortalité d’être une composante essentielle de la condition humaine, ce qui annonce le ton grave et désolant du poème, d’autant plus que c’est la terre elle-même qui anéantit l’homme. S’adressant à l’humanité en entier, le narrateur ne manque pas des’adresser également aux « philosophes trompés » (v.4), ceux qui, faisant partie de l’humanité, ont cependant à devenir humains du fait de l’insensibilité dont témoigne l’axiome « tout est bien ». Le dialogue avec ceux-ci, tout au long de l’extrait, est un dialogue avec cette partie de l’humanité qui s’avère être incapable de sentir la désolation, du fait de sa conception philosophique. En...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Poème sur le désastre de lisbonne (1756)
  • Analyse du poème sur le désastre de Lisbonne
  • Voltaire Poème sur le désastre de Lisbonne
  • Poème sur le désastre de lisbonne (1756)
  • Voltaire , le désastre de lisbonne
  • Commentaire sur le désastre de lisbonne
  • Voltaire, poème sur le désastre de Lisbonne
  • Le poème du désastre de lisbonne

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !