Désir de l'autre

2287 mots 10 pages
En quoi le Désir est-il essentiellement Désir de l’autre.

L’étymologie, dont la fonction dévoile l’inconscient de la langue, nous apprend que le verbe latin « desiderare », qui a donné en français la notion de désir, provenait du substantif « sidus », qui désignait un « astre » (d’où proviennent les mots français sidéral, sidérer et considérer) et du préfixe « de », qui marque généralement l’action contraire à celle du verbe auquel il est apposé (faire, dé-faire). Le sens premier se référait donc à la « disparition d’un astre », à une étoile qui cesse de briller au firmament, avant que, au sens figuré, le verbe ne finisse par désigner « le regret ou la nostalgie d’un “astre” disparu ».

(Th) C’est dire qu’au niveau de l’expérience commune, telle que le langage en témoigne, le sujet s’identifie à l’objet de son désir ou à l’objet de sa volonté, tandis qu’il n’y a pas d’identification du sujet à l’objet du besoin ou de l’envie.
(Th) Descartes, qui était particulièrement attentif à l’expérience commune et aux usages consacrés par la langue, n’a pas manqué de noter que désirer et vouloir relèvent de la pensée et appartiennent à l’âme, tandis que le besoin et l’envie relèvent essentiellement d’une mécanique corporelle et s’épuisent dans une conscience immédiate qui ne saurait appartenir à l’âme, en ce sens qu’ils échouent à définir le propre du sujet et ne peuvent participer à fonder l’essence de l’homme

(Th) « Pour ce que vous inférez que, si la nature de l’homme n’est que de penser, il n’y a donc point de volonté, je n’en vois pas la conséquence ; car vouloir, entendre, imaginer, sentir, etc., ne sont que des diverses façons de penser, qui appartiennent toutes à l’âme » (Descartes, Lettre à Mersenne du 27 avril 1637).

Sujet pensant, sujet désirant, tels sont les deux axes constitutifs de l’essence de l’homme.
(Th) C’est dans le désir que le moi doit puiser l’énergie nécessaire à l’action et à la conduite de la vie, en sorte qu’il faut le diriger vers des

en relation

  • Peut-on désirer l'autre sans l'assujettir d'une manière ou d'une autre
    1095 mots | 5 pages
  • le desir
    920 mots | 4 pages
  • le désir suppose-t-il autrui ?
    1475 mots | 6 pages
  • le désir est il sans issue
    4132 mots | 17 pages
  • Dissertes
    3629 mots | 15 pages
  • Desirer autrui est ce attenter à sa liberté
    1582 mots | 7 pages
  • le désir
    1157 mots | 5 pages
  • Suis je le meme que l'autre ?
    2068 mots | 9 pages
  • Autrui et désir
    1687 mots | 7 pages
  • Le lien du désir et du rien
    1790 mots | 8 pages