Désir et souffrance

Pages: 28 (6835 mots) Publié le: 8 décembre 2009
Désir et souffrance    
    Première croyance portée par la conscience commune : la souffrance dans le désir tiendrait seulement à son issue comme échec ou déception.  Mais qui est encore assez crédule pour ne pas voir qu’il y a souffrance non pas dans le terme du désir, mais dans le processus même du désir ? Tant que le désir nous hante, nous vivons insatisfait, avec un creux au ventre et unvague à l’âme ; malheureux, plongé dans une sorte d’errance dont nous ne pouvons échapper que par quelques compensations ou dérivatifs. La vérité, c’est que  nous sommes incapables  d’éteindre ce feu qui nous ronge. Et comme cet état est constant, la poursuite de compensations pour palier à la frustration du désir absorbe une énorme quantité d’énergie chez la plupart des êtres humains.
    Secondecroyance commune : il y aurait, dans la satisfaction future du désir la promesse « d’atteindre le bonheur » ! Au lieu de quoi chacun peut observer que, même lorsque qu’un désir se réalise, la satisfaction est de très courte durée. C’est même un attrape-nigaud, car ce qui ne cesse de renaître et de se multiplier, c’est la poursuite des désirs, de sorte que ce « bonheur » prétendu est toujoursrepoussé à plus tard et n’arrive en définitive jamais.
    Rousseau se trompe en disant que l’homme qui ne désire plus rien est le plus malheureux des hommes. C’est tout le contraire. N’est-ce pas précisément laisser une opportunité au bonheur que d’arrêter de le chercher dans nos désirs? C'est seulement quand l’esprit se met au repos dans l’instant, sans le moindre irritation du désir qu’il connaîtla paix. N’y a-t-il pas nécessairement de la souffrance dans le processus du désir ? Si nous cherchons à satisfaire nos désirs, n’est-ce pas surtout… pour nous en débarrasser ? Ou bien, le problème ne tient-il pas à la position de la conscience qui accompagne le désir ? Peut-on à la fois désirer et ne pas pour autant se perdre dans ses désirs ?

A. La souffrance du désir

    Il est importantde voir la relation entre la souffrance et le désir nous déniaiser à l’égard de ces inepties que l’on  trouve dans la publicité et le cinéma. Faut-il regarder le désir comme un petit caprice que l’on doit stimuler et encourager chez le consommateur ? Il lui faudra ressentir juste ce qu’il faut de frustration pour qu’il trouve ensuite le plaisir voluptueux de "profiter" de la satisfaction. On luipassera ses caprices… comme aux enfants et il pourra croire que le bonheur, c’est de "profiter". Cependant, même pour le gosse de riche, quand il faut trépigner, hurler et faire une crise pour obtenir un jouet ou un bonbon, ce n’est pas très agréable. C’est même très pénible. Si nous y regardons de plus près, nous verrions que le désir, loin d’être un caprice, est plutôt comme une irritation, unedémangeaison continuelle qui attend un baume calmant pour être soulagée.
    1) Examinons la souffrance du désir. Comment naît un désir ? Si nous n’allons pas tout de suite chercher du côté du subconscient, nous pouvons au moins observer que cette naissance vient suite à une sensation. Au niveau de la simple sensation, il existe une jouissance pure qui est indépendante du désir. Il y a un plaisir deregarder une belle voiture, rutilante et très bien dessinée ; un plaisir d’admirer une demeure magnifique et bien entretenue. Il y a un plaisir de croiser le visage d’une jeune fille d’une remarquable beauté ; un plaisir à admirer depuis les coteaux la vallée et lac qui se trouve en dessous etc. Nous pourrions très bien en rester là et ce serait un plaisir esthétique (texte) d’une rare qualité.    Mais une pensée surgit dans l’esprit : « j’aimerais l’avoir à moi ». « J’aimerais la posséder rien que pour moi ». Là, ce n’est plus la pure jouissance des sens, c’est le désir et dès qu’il apparaît commence toute une ronde de tourments. « Je n’aurais jamais assez d’argent… pour me payer une voiture pareille ». « Il n’y a que des gens fortunés… qui puisse se payer une demeure aussi...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Desir et souffrance
  • Dissertation le desir est il une souffrance
  • Le désir : un manque et une souffrance ?
  • Le désir est souffrance
  • Argument la passion exacerbe la souffrance du désir
  • La souffrance
  • La souffrance
  • La souffrance

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !