« Désirer est-ce nécessairement souffrir ? »

794 mots 4 pages
Pour certains une vie sans rêves ne vaut pas la peine d’être vécue ! Faut-il donc penser, en se basant sur le fait que le rêve est un désir profond, qu’une vie sans désir n’apporte rien ? De ce fait, un désir n’apportant rien est-il une souffrance, pour autant ? Visiblement oui, puisque d’après l’affirmation précédente, une vie dépourvue de désir, ne semble en rien apporter un quelconque plaisir, bonheur. Néanmoins, une vie sans plaisir est-elle nécessairement une vie de souffrance ? C’est pour répondre à toutes ces questions que, dans un premier temps, nous allons développer, le fait que le désir est une souffrance, avant d’en étudier le contraire.
Arthur SCHOPENHAUER disait, que la satisfaction d’un désir faisait immédiatement place à un nouveau. Autrement dit qu’un désir, même satisfait, n’apportait aucun plaisir, puisqu’au contraire il donnait jour, a d’autres désirs encore.. De plus, un désir auquel on s’attache, qu’on veut absolument satisfaire, sans se préoccuper du temps que ça prendra, ne nous apporte aucun plaisir même une fois satisfait. C’est vrai, on ressentira cette sensation de plaisir, l’espace d’un instant, mais ça sera tellement court face au temps durant lequel on aura attendu qu’on ne pourra même pas parler de réel plaisir. Prenons l’exemple du mendiant de A. SCHOPENHAUER : « C’est comme l’aumône qu’on jette à un mendiant : elle lui sauve aujourd’hui la vie pour prolonger sa misère à demain. » C’est exactement ça ! Ce mendiant aura toujours désiré avoir ces quelques pièces qui pourront l’aider à vivre mieux, il sera donc content en les recevant, seulement lorsqu’il les aura dépensé il retombera dans la situation dans laquelle il était avant de les recevoir. C’est donc un cercle vicieux ! Prenons un deuxième exemple plus concret, peut-être. Une personne dépendante, de quoi que ce soit, disons du tabac, éprouvera le désir de fumer une cigarette, et satisfera donc son désir en fumant une cigarette. Or cette personne qui aura satisfait son

en relation

  • Désirer, est-ce nécessairement souffrir?
    702 mots | 3 pages
  • Désirer est ce nécessairement souffrir?
    1666 mots | 7 pages
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir ?
    2158 mots | 9 pages
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir ?
    1783 mots | 8 pages
  • Désirer es ce necessairement souffrir ?
    1971 mots | 8 pages
  • Désirer, est-ce nécessairement souffrir?
    2072 mots | 9 pages
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir
    1821 mots | 8 pages
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir ?
    1573 mots | 7 pages
  • Désirer est nécessairement souffrir ?
    1201 mots | 5 pages
  • Désirer est-ce nécessairement souffrir
    1103 mots | 5 pages