Développement le père goriot

322 mots 2 pages
Les bons sentiments
Au premier abord, les bons sentiments d’Eugène de Rastignac restent présents dans sa quête d’ascension sociale. La compassion face au père Goriot est un premier exemple de bons sentiments observables chez le personnage du jeune étudiant. Lorsqu’il apprend la situation familiale de son voisin le vermicellier, Eugène est très sensible à la façon dont celui-ci s’est fait renier par ses filles tant chéries : « Quelques larmes roulèrent dans les yeux d’Eugène, récemment rafraîchi par les pures et saintes émotions de la famille, encore sous le charme des croyances jeunes, et qui n’en était qu’à sa première journée sur le champ de bataille de la civilisation parisienne. » Dans cet extrait, on comprend par la métaphore, figure de style qui compare la civilisation parisienne à un champ de bataille, à quel point les bourgeois peuvent être cruels. Cela fait ressortir certains sentiments chez Eugène et en ce cas-ci c’est la compassion qui est davantage mis en évidence. Par ailleurs, le jeune homme de vingt-deux ans éprouve un certain remords d’avoir quêté de l’argent à sa famille qui arrive tout juste à subvenir à ses propres besoins. Ce sentiment de culpabilité est observable dans l’extrait où l’on voit celui-ci rédiger les lettres destinées à sa famille pour demander l'argent dans le but de subventionner la quête de son ascension sociale tout en sachant que sa famille est pauvre : « Il avait honte d'avoir écrit» . Cette phrase est courte et elle veut tout dire. L'auteur utilise le type de phrase simple car il n'y avait rien de plus à ajouter. Cet extrait démontre qu'il lui reste encore un peu de bon sentiment car malgré son ambition de conquérir Paris, il garde toujours en lui quelques sentiments. Sachant que ce qu'il avait fait était mal, il se sent coupable; il a honte. Bref, Rastignac garde en lui du bon malgré que sa quête fasse beaucoup ressortir le mauvais côté des

en relation

  • le pere goriot
    8825 mots | 36 pages
  • Le père goriot
    6752 mots | 28 pages
  • Lecture deuxième : la passion paternelle
    2703 mots | 11 pages
  • Mort emma bovary détaillé
    2350 mots | 10 pages
  • Le père goriot
    2849 mots | 12 pages
  • Le pere goriot
    2426 mots | 10 pages
  • l'omploi
    3366 mots | 14 pages
  • Dossier sur le pere goriot
    3006 mots | 13 pages
  • le père goriot
    1568 mots | 7 pages
  • Le realisme et le naturalisme
    1558 mots | 7 pages