dadafersdgvb bsgv egbv

2022 mots 9 pages
«Boitelle», de Guy de Maupassant
Publié le 16-07-2008 à 10h16
A+A-
Partager
Partager sur Facebook0Partager sur Twitter0Partager sur Google+0Partager sur Linkedin0
Envoyer cet article à un amiRéagir0
Recevoir les alertes
Antoine Boitelle

Le père Boitelle [Antoine] avait dans tout le pays, la spécialité des besognes malpropres. Toutes les fois qu'on avait à faire nettoyer une fosse, un fumier, un puisard, à curer un égout, un trou de fange quelconque c'était lui qu'on allait chercher. Il s'en venait avec ses instruments de vidangeur et ses sabots enduits de crasse, et se mettait à sa besogne en geignant sans cesse sur son métier. Quand on lui demandait alors pourquoi il faisait cet ouvrage répugnant, il répondait avec résignation: «Pardi, c'est pour mes éfants qu'il faut nourrir. Ça rapporte plus qu'autre chose.»

Il avait, en effet, quatorze enfants. Si on s'informait de ce qu'ils étaient devenus, il disait avec un air d'indifférence: «N'en reste huit à la maison. Y en a un au service et cinq mariés.»

Quand on voulait savoir s'ils étaient bien mariés, il reprenait avec vivacité: «Je les ai pas opposés. Je les ai opposés en rien. Ils ont marié comme ils ont voulu. Faut pas opposer les goûts, ça tourne mal. Si je suis ordureux, mé, c'est que mes parents m'ont opposé dans mes goûts. Sans ça j'aurais devenu un ouvrier comme les autres.»

Voici en quoi ses parents l'avaient contrarié dans ses goûts.

Il était alors soldat, faisant son temps au Havre, pas plus bête qu'un autre, pas plus dégourdi non plus, un peu simple pourtant. Pendant les heures de liberté, son plus grand plaisir était de se promener sur le quai, où sont réunis les marchands d'oiseaux. [...] Boitelle s'arrêtait, les yeux ouverts, la bouche ouverte, riant et ravi, montrant ses dents aux kakatoès prisonniers qui saluaient de leur huppe blanche ou jaune le rouge éclatant de sa culotte et le cuivre de son ceinturon. [...]

Or une fois, s'étant arrêté presque en extase devant un

en relation