Daniel bouton

1248 mots 5 pages
Haut fonctionnaire[modifier] Il commence sa carrière à l'Inspection des finances, comme inspecteur adjoint puis inspecteur des finances (1974), et chargé de mission en 1976. L'année suivante, il est chargé de mission à la direction du budget en 1977, puis intègre en 1980 comme conseiller technique, le cabinet de Maurice Papon, ministre du Budget. Après l'élection présidentielle française de 1981, il est nommé chef de bureau à la direction du Budget, puis sous-directeur à l'administration centrale du ministère de l'Économie et des Finances à partir de 1984, jusqu'à devenir directeur de cabinet d'Alain Juppé, ministre délégué au Budget de 1986 à 1988. À la fin de la cohabitation, il reste à Bercy, comme directeur du Budget jusqu'en 1991. Carrière bancaire[modifier] En mars 1991, il quitte Bercy pour la Société générale, en tant que directeur de la présidence, poste créé pour lui, puis directeur général (1993), avant de présider la banque depuis novembre 1997 en remplacement de Marc Viénot. Sous sa présidence, la banque résiste en 2000 à l'OPA lancée par la BNP. Restée indépendante, la Société générale devient selon certains observateurs « la banque la plus rentable d'Europe », avec 26 % de retour sur investissement en 2006 et 120 000 personnes de 116 nationalités employées dans le monde2. Il est, jusqu'en septembre 2008, président de la Fédération bancaire française (FBF). Il préside le groupe Croissance, et il dirige la Commission régulation de l'Institut de la finance internationale (IIF), depuis 2002. Il devient également administrateur de nombreuses sociétés du CAC 40, dont il perçoit les jetons de présence : Arcelor, Schneider Electric, Total et Veolia Environnement pour l'année 20043. Le 17 avril 2008, trois mois après la crise financière de janvier 2008 à la Société générale, la banque annonce son départ du poste de président-directeur général et sa nomination au poste de président du conseil d'administration4, Frédéric Oudéa

en relation

  • la guerre
    1802 mots | 8 pages
  • Affaire Kerviel : communication de crise
    3252 mots | 14 pages
  • Les parties prenantes d'une grande banque
    344 mots | 2 pages
  • Kerviel : tout ce que l'affaire a changé
    597 mots | 3 pages
  • Communication de crise
    5245 mots | 21 pages
  • Kerviel
    3397 mots | 14 pages
  • Memoire de communication
    5490 mots | 22 pages
  • Communication financière société générale
    5717 mots | 23 pages
  • Une note sur la qualité d agir
    3607 mots | 15 pages
  • Gouvernement d'entreprise société générale
    11480 mots | 46 pages