Datation

945 mots 4 pages
La notion même de « vivant » est au cœur de nombreux débats contemporains : avec le développement de la génétique, l'homme a désormais le pouvoir inouï de travailler la vie comme un matériau, ce qui soulève de graves problèmes éthiques que la science à elle seule ne peut sans doute pas résoudre.
1. Comment définir ce qu'est le vivant ?
• Selon Aristote, il faut distinguer les êtres animés des êtres inanimés, c'est-à-dire ceux qui ont une âme et ceux qui en sont dépourvus. Aristote nomme donc « âme » le principe vital de tout être vivant, et en distingue trois sortes. L'âme végétative est la seule que possèdent les végétaux : elle assure la nutrition et la reproduction. À celle-ci s'ajoute, chez les animaux, l'âme sensitive, principe de la sensation. L'homme est le seul de tous les vivants à posséder en plus une âme intellective, principe de la pensée.
• On voit ici que l'âme végétative est de toutes la plus fondamentale : pour Aristote vivre, c'est avant tout « se nourrir, croître et dépérir par soi-même ». Cela signifie que le vivant se différencie de l'inerte par une dynamique interne, par une autonomie de fonctionnement qui se manifeste dans un ensemble d'activités propres à maintenir la vie de l'individu comme de l'espèce
2. Quelles sont les caractéristiques du vivant ?
• Le biochimiste Jacques Monod pose trois caractéristiques propres au vivant : un être vivant est un individu indivisible formant un tout cohérent, possédant une dynamique interne de fonctionnement et doué d'une autonomie relative par rapport à un milieu auquel il peut s'adapter. La première caractéristique de tout être vivant, c'est alors la morphogénèse autonome qui se manifeste par exemple dans la cicatrisation : le vivant produit lui-même sa propre forme et est capable de la réparer.
• Ensuite, tout être vivant possède une invariance reproductive : les systèmes vivants en produisent d'autres qui conservent toutes les caractéristiques de l'espèce.
• Enfin, tout être vivant est un

en relation

  • Datation
    311 mots | 2 pages
  • la datation relative
    1778 mots | 8 pages
  • radionucleides et datation
    5645 mots | 23 pages
  • Datation relative
    499 mots | 2 pages
  • Les methodes de datation
    445 mots | 2 pages
  • datation relative
    515 mots | 3 pages
  • datation absolue 1
    1261 mots | 6 pages
  • Méthodes de datation
    2337 mots | 10 pages
  • La datation absolue
    924 mots | 4 pages
  • methode de datation
    7236 mots | 29 pages