Dbz Religion

3353 mots 14 pages
docsdbz serait il une métaphore de la religion monothéiste contre la raison ? Dans dragonball z, on constate souvent que les dieux ne servent pratiquement à rien.
Car ceux qui se battent sont toujours les memes, et à force de se battre ils finissent par ridiculiser les dieux en termes de puissance. Et on est en droit de se demander s’il ne s’agit pas là d’une représentation de l’avancée de la connaissance humaine au détriment des croyances et des superstitions. 1 Les terriens seraient les humains. Ou plutot les sayens seraient les humains, songoku et végéta. Ils aiment se battre, et cette passion du combat pourrait symboliser la curiosité naturelle de l’homo sapiens intelligent qui demande à savoir dans quoi il a embarqué. 2 Les méchants seraient le monde réel dans sa réalité tel qu’il est et qu’il reste à découvrir, sans aucune fioriture et indépendant de toute croyance. Le monde est tel qu’il est, peu importe que nous le croyions différent. 3 Les combats quand à eux, l’action du héros qui se bat contre le méchant, ainsi que le dépassement de soi, peuvent etre perçus comme étant la démarche scientifique. L’homme qui se heurte à la réalité de ce monde et qui cherche à l’analyser et à le comprendre...
Alors bien sur l’ennemi est puissant, il y a beaucoup de désillusions en science. Beaucoup de mauvaises interprétations, mais dès qu’on est sur la bonne voie, le reste coule tout seul.
L’entrainement préalable (la connaissance accumulée au fil des siècles) et l'âpreté du combat
(la recherche scientifique en elle meme) fait que l’on surmonte l’ennemi et nous mène à la victoire: Victoire sur le monde réel=compréhension=connaissance supplémentaire. Il peut s’agir d’une nouvelle découverte, ou carrément d’une nouvelle INVENTION, entendez par là utiliser nos connaissances pour créer quelque chose de nouveau qui fonctionne et avec quoi on peut modifier le monde réel (efficacité = preuve incontestable que ça marche vraiment). Le perso devenu

en relation

  • Comment définireriez vous votre propre génération?
    909 mots | 4 pages