Descartes premier regard

697 mots 3 pages
Réalisant qu’il eu ressue quantité de fausses opinions sur lesquels il fonda ses principes, fessant ainsi de ses connaissances : douteuses et incertaines, Descartes libéra son esprit dans un repos d’une paisible solitude pour y trouver la certitude. Lors de sa méditation, s’appliquant sérieusement et en ce laissant la liberté de détruire toutes connaissances déjà acquis, Descartes va réussir à atteindre une première certitude.

Tout d’abord, Descartes pose un regard nouveau et plus abstrait sur l’origine de ses connaissances déjà apprises sur lesquels il fonda ses principes. Ce que Descartes constate, c’est que l’origine de tout ce qui nous est vrai et assuré repose sur le fondement des sens ou par les sens. Il eu déjà le sentiment que ses sens étaient trompeurs. Pour être prudent, il ne faut jamais trop se fier à ceux qui nous on déjà tromper. Puisque les sens sont ceux qui nous ont déjà trompés, il faut par prudence ne jamais se fier entièrement à eux.

Ensuite, il propose que peut-être il y a d’autres choses qu’on ne connaisse que par leur moyen et qui sont aussi douteuses par exemple, l’emplacement dans lequel on se trouve à l’instant même. Il considère qu’il est homme et donc, dors et rêve. Souvent il rêve des mêmes choses que lorsqu’il est réveillé, par exemple, il peut rêver d’être à un endroit lorsqu’enfaite il est étendu dans son lit. Comment alors différencier le sommeil de la veille puisque même dans le sommeil nous sommes trompés par de même illusions que ceux qu’on retrouve lorsqu’on est réveillé. Mais qu’on soit endormi ou réveillé, certaines choses restes les mêmes, un carré aura toujours quatre cotés et deux joints plus trois joints feront toujours cinq. Il semble d’après Descartes que de telles vérités si apparentes ne peuvent être fausses ou incertaines.

Aussi, reposant dans son esprit, une certaine opinion de l’existence d’un dieu. Celui à qui on attribuerait l’origine de la terre, ciel et corps étendus, et que tout cela ne semble point de

en relation

  • Chronique de la dérive douce
    1009 mots | 5 pages
  • Sartre hegel
    1509 mots | 7 pages
  • Philosophie terminale le sujet
    4011 mots | 17 pages
  • Le moi
    1228 mots | 5 pages
  • Allégorie de la caverne
    1204 mots | 5 pages
  • Descartes-machiavel dans la lettre à elisabeth
    3013 mots | 13 pages
  • Discours de la methode de descartes
    515 mots | 3 pages
  • Descartes
    390 mots | 2 pages
  • Dissertation philo
    932 mots | 4 pages
  • Discours de la méthode descartes
    1199 mots | 5 pages