Dialogue et dialectique chez platon

1267 mots 6 pages
Dialogue et dialectique chez Platon

Le genre auquel nous avons affaire avec Platon est le genre dialogique (qui est en forme de dialogue) Dans la culture grecque existe le dialogue théâtral lequel a un effet sensible ; or, le sensible n’est pas l’accès à l’intelligible. Le dialogue théâtral provoque une adhésion par une flatterie sensible, par du pathos , de l’affect. Ce qui se joue dans la tragédie est de l’ordre du pathos mais la vérité de la tragédie ne pourrait transparaître dans le pathos et appartiendrait, selon Platon, à la philosophie elle-même. Pour Platon, la vraie tragédie, c’est celle de la vérité. Il a d’ailleurs écrit sa trilogie avec l’Apologie de Socrate, le Criton et le Phédon et une comédie, le Banquet, à la manière des poètes qui devaient écrire une trilogie et une comédie.
Comme posé précédemment, les textes philosophiques de Platon sont des dialogues ; sachant que Platon dénigre l’écrit, donc privilégie l’oral, il reste à s’interroger : pourquoi écrit-il des dialogues philosophiques ?
Il le fait en vertu de trois distinctions essentielles :
1. En tant que philosophique, le dialogue platonicien s’oppose au dialogue théâtral et plus particulièrement au dialogue tragique, cela pour deux raisons.
D’une part, le dialogue théâtral, tel qu’il s’exhibe sur la scène, se complait dans le pathétique et se donne pour fin d’affecter sensiblement le spectateur. Le dialogue théâtral se tient donc dans le régime de la sensibilité, de l’affect, du pathos. A ce titre, aucune vérité ne peut y être intellectuellement signifiée. D’autre part, le texte du dialogue théâtral se présente comme s’il procédait d’un certain nombre de connaissances alors qu’il n’y a là qu’un simulacre et même un double simulacre. Tout d’abord, l’auteur tragique fait comme s’il était savant en bien des matières (l’art militaire, l’art de gouverner, l’art de la divination, etc.) alors qu’en réalité il ne fait qu’imiter tous ces savoir-faire. Ensuite, l’acteur lui-même vient

en relation

  • Dialectique et contradiction chez les anciens
    4667 mots | 19 pages
  • platon
    592 mots | 3 pages
  • Platon
    1546 mots | 7 pages
  • Platon histoire antique
    3862 mots | 16 pages
  • Phédre
    2040 mots | 9 pages
  • Hilko
    3253 mots | 14 pages
  • dialectique et dialogue
    3058 mots | 13 pages
  • L'argumentation
    679 mots | 3 pages
  • Définitions conceptuelles.
    3985 mots | 16 pages
  • Cours phédre
    27567 mots | 111 pages