Diderot, le supplement au voyage de bougainville, 1772 ii, “discourt du vieillard tahitien”

Pages: 4 (873 mots) Publié le: 6 mars 2011
Diderot, LE SUPPLEMENT AU VOYAGE DE BOUGAINVILLE, 1772 II, “DISCOURT DU VIEILLARD TAHITIEN”

Texte étudié:

C'est un vieillard qui parle. Il était père d'une famille nombreuse. A l'arrivée desEuropéens, il laissa tomber des regards de dédain sur eux, sans marquer ni étonnement, ni frayeur, ni curiosité. Ils l'abordèrent ; il leur tourna le dos et se retira dans sa cabane son silence et sonsouci ne décelaient que trop sa pensée : il gémissait en lui-même sur les beaux jours de son pays éclipsés. Au départ de Bougainville, lorsque les habitants accouraient en foule sur le rivage,s'attachaient à ses vêtements, serraient ses camarades entre leurs bras, et pleuraient, ce vieillard s'avança d'un air sévère, et dit pleurez, malheureux Tahitiens ! pleurez ; mais que ce soit de l'arrivée,et non du départ de ces hommes ambitieux et méchants : un jour, vous les connaîtrez mieux. Un jour, ils reviendront, le morceau de bois que vous voyez attaché à la ceinture de celui-ci, dans une main,et le fer qui pend au côté de celui-là, dans l'autre, vous enchaîner, vous gorger, ou vous assujettir à leurs extravagances et à leurs vices ; un jour vous servirez sous eux, aussi corrompus, aussivils, aussi malheureux qu'eux. Mais je me console ; je touche à la fin de ma carrière ; et la calamité que je vous annonce, je ne la verrai point. O tahitiens ! mes amis ! vous auriez mi moyend'échapper à un funeste avenir ; mais aimerai mieux mourir que de vous en donner le conseil. Qu'ils s'éloignent, et qu'ils vivent.

Puis s'adressant à Bougainville, il ajouta : Et toi, chef des brigands quit'obéissent, écarte promptement ton vaisseau de notre rive : nous sommes innocents, nous sommes heureux ; et tu ne peux que nuire à notre bonheur. Nous suivons le pur instinct de la nature ; et tu astenté d'effacer de nos âmes son caractère. Ici tout est à tous et tu nous as prêché je ne sais quelle distinction du tien et du mien. Nos filles et nos femmes nous sont communes ; tu as partagé ce...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Diderot supplément au voyage de bougainville chap ii discours du vieillard
  • "La harangue du vieillard", supplément au voyage de bougainville, denis diderot
  • Supplément au voyage de bougainville chapitre ii
  • Diderot supplément au voyage de bougainville « les adieux du vieillard »
  • Supplément Au Voyage De Bougainville, Diderot
  • Diderot supplément au voyage de bougainville
  • Diderot : supplément au voyage de bougainville
  • Diderot supplement au voyage de bougainville

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !