dissértation: Tahar Ben Jelloun: de l’univers carcéral à la libération

40921 mots 164 pages
TAHAR BEN JELLOUN: DE L’UNIVERS CARCÉRAL À LA LIBÉRATION
(TAHAR BEN JELLOUN: FROM THE REALM OF INCARCERATION TO
LIBERATION)

by

Ummay Parveen SAHADUTH

submitted in accordance with the requirements for the degree of

MASTER OF ARTS

in the subject

FRENCH

at the

UNIVERSITY OF SOUTH AFRICA

SUPERVISOR : Prof SH MADONDO

August 2011

1

Résumé du présent mémoire – Tahar Ben Jelloun: de l’univers carcéral à la libération. Si nous pouvons constater, d’une part, que l’univers carcéral occupe une place très importante dans les textes de Tahar Ben Jelloun, nous ne pouvons cependant ignorer, de l’autre, les efforts des personnages de la diégèse ben jellounienne pour trouver une libération quelconque. De ce fait, la libération constitue l’objet de notre étude par excellence. Nous avons choisi cinq textes de l’écrivain marocain : Moha le fou Moha le sage (1978), L’enfant de sable (1985), La nuit sacrée (1987), Cette aveuglante absence de lumière (2001) et Amours sorcières (2003). Après un survol rapide de l’incarcération sous ses différentes formes, allant des plus concrètes aux plus abstraites, nous étudions les paradigmes les plus communs vers lesquels l’homme maghrébin moderne se tourne dans le but de se libérer des carcans qui l’entravent et nous en relevons tour à tour les limitations ou lacunes. Ainsi, nous remettons en question le modèle matérialiste qui échoue pour ce qui de la libération de l’individu en raison de ses excès. Puis, nous étudions le modèle psychologique mettant l’accent sur ses limites dans la mesure où il comprend un mouvement vertical vers le bas. Or, sans un mouvement vers le haut, aucune libération n’est possible. Très particulière à la société maghrébine est la praxis islamique moderne qui, loin de libérer l’individu, ne fait que l’étouffer davantage.
Ensuite, nous soulevons des questions au sujet de la sorcellerie et des dangers qu’elle comprend. Loin d’être un élément libérateur, elle constitue

en relation

  • Philosophie
    44976 mots | 180 pages