Dissert Philo Criton

2254 mots 10 pages
Dissertation Philo : Etre juste n’est ce qu’au obéir aux lois ?

Introduction : Nous avons tous des droits et des devoirs . La morale nous dicte ce que nous devons faire , le droit définit ce que nous somme permis de faire .
La justice est une des vertu principale de la vertu morale . Elle est à la fois une vertus et une institution . La justice désigne le respect de l’égalité entre les hommes, résultant d’un arbitrage équitable et d’un libre état . Mais pourtant , la morale et le droit ne s’emboîtent pas toujours harmonieusement en ce qui concerne les actions de l’individu et l’organisation de la collectivité . La loi peut dans certain contextes peut paraître injuste . Dans la mesure où la loi est considéré comme une règle obligatoire établie par une autorité souveraine , lorsque des criminels parvient à échapper à une condamnation grâce aux lois , la loi est respectée mais notre sens de la justice et de la moralité n’y trouve pas son compte . La justice prend alors deux formes de droits : le droit naturel , et le droit positif . Elle est donc à la fois un principe morale et un pouvoir judiciaire . Il existe alors deux types de justices , la justice dite légale et la justice légitime . A travers ces deux constats se forme un paradoxe , nous amenant à nous demander comment définir ce qui est juste ? Si ce n’est en définissant ce qui est bon sur le plan moral et ce qui est bon sur le plan légal ? Et le développement suivra ce plan . Pour cela nous nous appuierons sur le dialogue du philosophe Grec Platon: Criton écrit vers 377 mettant en scène dans une prison la derrière discussion de Socrate avec son ami d’enfance Criton , avant d’être exécuté . Ce dernier tente de le convaincre de s’échapper de sa prison ou l’attend la mort , mais Socrate refuse car pour lui cela reviendrait à violer la loi ,vertu

en relation

  • Dissertation philosophique
    724 mots | 3 pages
  • La_Litterature_francaise
    246784 mots | 988 pages
  • la litterature française pour les nuls
    246771 mots | 988 pages