Dissert sur lum.

343 mots 2 pages
Tout d’abord, voyons dans quelle mesure les philosophes des Lumières s’opposent à l’autorité gouvernementale. Les philosophes, tout comme un grand nombre d’écrivains, se sont férocement opposés à la censure, sous toutes ses formes. Celle-ci les empêche de s’exprimer et de diffuser leurs idées. C’est pourquoi des auteurs comme Voltaire chercherons à contourner la loi de multiples façons, en imprimant à l’étranger ou en usant d’un pseudonyme. De plus, c’est le gouvernement lui-même qui gère cette censure : raison supplémentaire de la combattre. Cette situation est tournée en ridicule par Beaumarchais dans le Mariage de Figaro (Acte V scène 3) : Figaro y est persécuté par les censeurs, caricaturant de manière humoristique les déboires de certains philosophes avec la justice.
Ensuite, le gouvernement de l’époque est une monarchie de droit divin : le siècle des Lumières est marqué par le règne de Louis XV, de 1715 à 1774. Or ce principe de « droit divin » est empreint des traditions du Moyen-âge : par exemple, jusqu’au XVIIIe siècle, la superstition du « roi guérisseur », selon laquelle le roi pouvait guérir certaines maladies par simple contact avec le malade, perdurera. Cet abus du pouvoir royal, parmi tant d’autres, basé sur la crédulité des personnes peu cultivées, est une belle illustration de ce qu’on combattu les penseurs de ce siècle. On peut d’ailleurs remarquer qu’à la fin du siècle, ces abus provoqueront, entre autres, la Révolution et la mort du petit-fils de Louis XV, Louis XVI. Cependant, les philosophes ne sont pas ouvertement contre le pouvoir royal, ce qui serait purement et simplement suicidaire à l’époque où le Roi peut faire emprisonner tout sujet par simple lettre de cachet. C’est pourquoi leurs protestations et leurs récriminations à l’égard de celui-ci, pour la grande majorité, se retrouvent de manière sous-entendue : de nombreuses méthodes telles que l’ironie, l’adoption du point de vue d’un personnage spécial permettent aux auteurs de critiquer

en relation