Dissert

811 mots 4 pages
caractéristiques de Ferdinand *Bardamu* ! A travers ce roman, nous pouvons voir que le personnage principal a plusieurs caractéristiques. Ainsi, Ferdinand Bardamu semble être un personnage héroïque: il s'engage dans l'armée malgré les avertissements de son ami Arthur : “ T'es rien c... Ferdinand!” “J’y suis, j'y reste !” Ferdinand est un jeune homme inconscient : il se précipite dans l'armée sans connaître les risques auxquels il s'expose, sans avoir la moindre idée de ce qui peut l'attendre ... sans se poser de question ... sur un simple coup de tête : on pourrait croire qu'il va devenir un héros, mais, une fois au front, il n'aspire qu'à une chose : rentrer chez lui. Il devient vite angoissé, (« Pourquoi s’arrêteraient-ils? »), et même traumatize, ainsi que l'atteste son passage en hôpital psychiatrique: atteint de démence, il est pris d'accès de hurlements en pleine ville, lorsqu'il est en permission. C'est à ce moment-là qu'il est réformé, et qu'il quitte l'armée. L'auteur fait de Bardamu un personnage qui pourrait devenir un héros, puisqu'il part se battre « la fleur au fusil », mais qui déchante vite: le soir même de son départ, alors qu'il n'y a plus aucun patriote pour l’acclamer, et que la troupe marche toujours, sous la pluie, dans le froid et l'obscurité, Ferdinand a le pressentiment que lui et ses compagnons sont «faits comme des rats. » Le moment lyrique et chevaleresque est de courte durée! Bardamun'est donc pas un héros: en fait, il se teste lui-même, il cherche (et trouve !), ses limites. En outre, Ferdinand Bardamu est un personnage révolté. Il critique son colonel, et toute la hiérarchie militaire. Ses paroles sont ironiques et violentes: «cette bouffonnerie tragique », « cette imbécillité infernale », « cette croisade apocalyptique ». Ces expressions caractérisent toutes la situation de guerre. Bardamu n'accepte pas non plus l'absurdité des ordres : la nuit, les officiers donnent aux soldats des missions de reconnaissance, missions qui

en relation