Dissertation Arangon

2044 mots 9 pages
Exemple de dissertation tirée de l’Annabac 2007
Aragon affirme « tout le monde imite. Mais tout le monde ne le dit pas. »
Discutez cette affirmation.

« Tout est dit, et l’on vient trop tard, depuis plus de sept mille qu’il y a des hommes et qui pensent » écrit un La Bruyère apparemment désabusé au début des Caractères ; et effectivement son recueil est, au moins en partie, une reprise de l’œuvre du moraliste grec Théophraste, dont il donne une traduction. Comment créer du nouveau au XVIIe ou au XXe siècle, quand on vient après des siècles de littérature, de peinture et de musique ? C’est cette constatation amère qui porte Aragon à affirmer que « tout le monde imite. Mais tout le monde ne le dit pas. » Il est impossible d’écrire une œuvre parfaitement originale et ceux qui prétendent le contraire ne font que camoufler les emprunts qu’ils commettent comme tous les autres. En somme, copieur pour copieur, autant être sincère et reconnaître ses modèles, nous dit Aragon. (Il manque une analyse des termes du sujet plus poussé : l’imitation a deux sens bien différents. On utilise le terme pour parler d’une copie avec moins de valeur que l’original : « c’est une imitation ». Il peut également être synonyme d’inspiration.
N’hésitez pas dans l’analyse des termes à revenir l’étymologie, cela peut donner des idées.) Cette position soulève tout de même un certain nombre de problèmes touchant à l’essence même de la littérature et de l’art : les auteurs soi-disant « modernes » sont-ils contraints à une imitation qui pourrait dans des cas extrêmes confiner au plagiat ? Peut-on malgré tout attendre des écrivains une originalité qui renouvelle des formes ou des thèmes rebattus ? Si nous pouvons tomber d’accord avec Aragon, pourtant réputé pour son originalité lorsqu’il affirme que tout le monde, lui compris, imite (1re partie), nous pouvons lui rétorquer que « imitation » ne signifie pas copie servile (2e partie) ; du reste, malgré sa boutade, Aragon ne dénie pas à

en relation