Dissertation chapitre 27 heidegger être et temps

Pages: 15 (3521 mots) Publié le: 11 avril 2011
Commentaire du § 27 : « l’être- soi et le « on » ». Le paragraphe 27 fait parti du chapitre 4 « l’être-au-monde en tant qu’être – avec et en tant qu’être-soi-même ». Le « on ».

Je sais à l’évidence que j’existe car « Je » me connais, « je » vie, « je » sens et « J’ » éprouve consciemment mon existence dans mon for intérieur. Pour le savoir, je ne suis pas dans l’obligation de me regarderdans la glace tous les jours. Il y a en moi cette certitude, la conscience de mon existence. Nous avons en nous la capacité de concevoir et de penser notre être, de penser sur notre propre pensée et c’est ce qui fait sens lorsque j’interroge ma propre subjectivité, cet écho qui surgit de mon être même et qui me révèle ma nature propre et profonde. Et ce n’est pas en vain que j’ai cette capacité deme reconnaitre en tant qu’être humain car la question « qui suis-je ? » est ce qui apparait fondamental dans l’existence humaine. Elle rend raison de notre temporalité existentielle. A cette question, Martin Heidegger, philosophe allemand répond, je suis un Dasein, c'est-à-dire « l’être là ». Le Dasein est l’existant que je suis moi-même. Le dessein de la philosophie Heideggérienne est la remise enquestion de la notion d’être et de son rapport avec le temps et donc d’étayer la fondation de l’analytique transcendantal qui sera la pierre angulaire épistémologique de son livre Sein und Zeit, Etre et temps, publié en 1927.
Heidegger souligne que seul l’homme est à-être, c’est à dire qu’il est le seul à avoir conscience de son être. Cette conscience lui ouvre des perspectives ontologiques.L’homme n’a pas le choix d’exister, il existe. Ainsi, par son existence, il est projeté dans le monde et il doit « s’en sortir ». L’homme se trouve ainsi face au « mystère » du monde qui est aussi le mystère de son existence d’homme, puisque se présente encore inconnu ce qui va déterminer son action dans le futur, du cours historique de sa rencontre avec le monde. De ce fait, nous avons donc notreêtre en souci (Sorge), notre être à porter comme un fardeau, comme quelque chose qui pèse sur nos épaules mais cet être-là apparaît aussi comme le principe de tout déploiement de notre singularité. Mon être-là est fragile et pour ne pas sombrer dans « le néant », dans l’inassouvissement de mon être, j’ai le devoir de l’éprouver. Donc, l’homme est au centre de la recherche de son être, étant le seul àavoir la capacité de saisir l’être-là ou comme le stipule à juste titre Levinas « dans ses soucis temporels, s’épelle la compréhension de l’être ».

Pour Heidegger, la compréhension de l’être est un trait fondamental de l’existence humaine comme moyen de poser les prémisses et les caractéristiques de cette existence. De la sorte, la compréhension de l’être n’est pas un fait purement théoriquecar pour Heidegger, l’être-là est un évènement fondamental où la destinée de l’homme devient architectonique, comme l’a pensé la phénoménologie Husserlienne par ce retour « aux choses même », l’homme pris comme être singulier de l’humanité. Heidegger se bat contre la séparation entre existence et connaissance, ce qui renvoie à l’idée de l’intentionnalité développée par Husserl. Husserl voit dansl’intentionnalité l’essence même de la conscience. Ainsi, Heidegger est sans cesse dans un questionnement du type « qu’est-ce qu’être » : Implication de son existence, de ce qui fait qu’il existe et comment doit-il exister et avec qui. Heidegger pose la question de l’être et c’est à partir de l’être qu’il pose l’identité singulière du Dasein. Comprendre l’être, c’est exister de manière à se soucierde sa propre existence. Le phénomène du monde ou plus précisément, la structure de « l’être-dans-le-monde » présente la forme sous laquelle se réalise cette compréhension de l’être. L’analyse du monde devient la pièce centrale de l’analytique du Dasein.

Pour ce faire, Heidegger distingue l’être de l’étant en général. Il distingue entre ce qui est, l’étant (Das Seiende) et l’être de...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • "Vouloir être de son temps, c'est déjà être depassé" E.Ionesco (dissertation)
  • Etre et temps
  • etre et le temps
  • Etre de son temps
  • Gargantua
  • chapitre 27: Gargantua
  • Rabelais chapitre 27
  • Gargantua chapitre 27

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !