Dissertation " les livres les plus utiles sont ceux dont les lecteurs font eux-mêmes la moitié"

Pages: 12 (2965 mots) Publié le: 23 janvier 2011
Proposition de Dissertation
(Sujet : « Les Livres les plus utiles sont ceux dont les lecteurs font eux-mêmes la moitié », Voltaire. A la lumière de votre lecture de Candide, appréciez ce jugement de Voltaire.
________________
Les indications placées entre crochets en rouge ne doivent absolument pas apparaître dans la rédaction définitive du devoir. Elles sont en effet là juste pour vous guiderdans la progression de la dissertation À vous de bien soigner la présentation du devoir pour guider le correcteur.

[Introduction]

Afin de lever le tissu d’injustices et de dénoncer les vices des institutions politiques, religieuses ou militaires qui maculent la société, les philosophes des lumières se donnent pour mission d’éclairer leurs contemporains, notamment par le recours à lafiction. Loin de présenter une vision édulcorée du monde et de la société, le conte philosophique met en scène des personnages bâtis de toutes pièces, confrontés à un kaléidoscope de situations qui cachent une moralité. Alors, le lecteur est invité à délier les nœuds cryptiques de la morale, que les personnages ne décèlent pas. Ainsi, Voltaire écrit dans le Dictionnaire Portatif que « les livres lesplus utiles sont ceux dont les lecteurs font eux-mêmes la moitié ». L’utilité d’un livre se jugerait-elle à la participation du lecteur ? Quelles sont alors les finalités de la participation du lecteur ? A la lumière de la lecture de Candide, nous montrerons l’utilité et les atouts du conte philosophique qui s’offrent à Voltaire pour mieux asseoir le pouvoir argumentatif de son ouvrage ; puis, nousnous demanderons s’il existe d’autres stratégies plus « efficaces » pour dénoncer ou défendre une cause pour enfin nuancer la pensée de Voltaire, soumise à des frontières.

[Phrases d’accroche pour annoncer votre 1er axe]

Du voile de la critique indirecte se détachent les fils de l’efficacité argumentative. Récit allégorique, Candide parvient à allier de manière infrangible plaisance etinstruction.

[I- Quels sont les atouts et les utilités du conte philosophique ?]

Dans Candide, de la fusion entre variété, diversité et vivacité émarge l’intérêt que le lecteur porte sur l’œuvre. Alors, nombreuses sont les stratégies déployées par l’auteur afin d’animer son récit. Ainsi, dans le chapitre six, Voltaire choisit de faire alterner discours direct et récit de manière àtisser une polyphonie propre à ne pas lasser le lecteur. Quant à l’alacrité du mouvement de l’action, elle provient de la permanence du rythme ininterrompu et plaisant de l’action, où le récit épouse le destin, suite décousue d’épisodes aussi imprévus qu’injustifiables : en effet, floconne en quelques lignes une foule d’évènements, à savoir la décision d’organiser l’autodafé, la réunion des accusés,le déroulement de la cérémonie et enfin l’exécution de la sentence. La juxtaposition des faits met en scène un spectacle alerte et allant, donnant au récit plus de légèreté : le lecteur est tenu en haleine. Cette allure vive est rendue exacerbée par le mariage des registres dont la multiplicité fond sous un même souffle le comique et le pathétique. En effet, alors que se dessine le châtimentdrolatique de Candide, « fessé en cadence », éclate la souffrance du personnage éponyme à travers la répétition du vocatif « ô ». Cependant, Voltaire n’entretient pas jusqu’à la fin le pathétique, et Candide de conclure avec trivialité « faut-il qu’on vous ait fendu le ventre ». En suscitant l’amusement du lecteur, le mélange des genres donne vie au texte. Enfin, l’apparition d’une vieille qui abordeCandide et lui demande de la suivre pique la curiosité du lecteur : cette fin de chapitre ménage un effet de surprise et d’attente. Cette vivacité rythmique tend en toile de fond un univers où règnent plaisance et curiosité pour le lecteur. Mais le conte philosophique n’est pas seulement un plaisir gratuit : à la fois distrayant et attirant, il permet aussi de mieux diriger l’esprit du lecteur....
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !