dissertation re alisme

1169 mots 5 pages
Le roman réaliste et naturaliste

I. Question corpus :

Les textes de Gustave Flaubert, Madame Bovary et de Emile Zola, L’Assommoir, ont tous deux été rédigé au XIX ème siècle, époque triomphante pour le roman, qu’il soit romantique, réaliste, naturaliste,…etc.
Ils décrivent de façon différente mais toutefois voisine les comportements d’un groupe de personne lors d’une noce, Flaubert la décrivant à la campagne et Zola à Paris. L’exposition de ces deux évènements se base sur le décor, sur les costumes, mais également sur les réactions et comportements des personnages.

Ainsi, à travers la description des invités, Flaubert affiche une certaine ironie ou satire et « dénonce » les dessous d’une classe sociale modeste :
« Suivant leur position sociale différente », « et dont les pans semblaient avoir été coupés à même un seul bloc, par la hache du charpentier. »
Il affiche clairement son point de vue et sa moquerie grâce à des apartés ou des moments comiques accentués par la ponctuation : « (mais ceux-là, bien sûr, devaient dîner au bas bout de la table) », « Et les chemises sur les poitrines bombaient comme des cuirasses! ».
Flaubert joue donc de sas satire sur l’apparence des convives pour laisser apparaître les signatures d’une classe sociale.

Aussi, Zola, dans ses nombreuses descriptions qui sont le fondement du mouvement naturaliste, va privilégier l’exposition des comportements : « Mlle Remanjou fermait les yeux, parce qu’elle croyait marcher sur de l’eau. » « mais ça leur cassait le cou, et ils ne distinguaient rien. », « Gervaise demanda le sujet des Noces de Cana ; c’était vête de ne pas écrire les sujets sur les cadres. », « (…) la Joconde, à laquelle il trouva une ressemblance avec une de ses tantes. », « attendris et stupides », avec le piétinement d’un troupeau débandé, lâché au milieu de la propreté nue et recueillie des salles. ». On peut voir que derrière l’apparence d’une description sobre et dénuée de point de vue, Zola affiche

en relation