dissertation sur le swag

1066 mots 5 pages
Madame de Bovary est un roman écrit par Gustave Flaubert et publié en 1857, devenu une des œuvres les plus emblématiques de la littérature française, elle raconte l’histoire d’Emma, fille d’un fermier, qui après s’être marié avec un médecin du nom de Charles Bovary va passer sa vie à rêver d’autre chose, jamais satisfaite elle cherchera toujours plus.
Cependant ses dettes financière s’accumulant et ses nombreux amant refusant de l’aider, elle choisit de se suicider et avale de l’arsenic, l’extrait étudié correspond à ses derniers instants et à sa mort. On peut alors se demander comment l’auteur a-t-il décidé de « tuer » son héroïne et comment l’a-t-il décrit. C’est ainsi que nous allons dans un premier temps vous montrer en quoi le récit de sa mort est réaliste et pathétique et dans un second en quoi la mort de d’Emma a-t-elle était mise en scène.

Cet extrait se déroule à Paris dans l’appartement d’Emma et Charles Bovary. On remarque que la description est faite d’une manière précise et progressive, de l’intérieur vers l’extérieur puis de l’extérieur vers l’intérieur. L’extrait débute par la description détaillé (donc « proche ») du corps d’Emma « sa poitrine se mit à haleter rapidement » « La langue toute entière lui sortit hors de la bouche » puis par la suite le lecteur recule et s’éloigne d’Emma voyant ainsi Félicité, le pharmacien, Bournisien, M.Canivet et enfin Charles nous donnant ainsi une vision non plus d’Emma mais de toute la pièce, puis soudainement par quelques mots de transitions « Tout à coup » on passe de l’intérieur vers l’extérieur : l’action se déroule désormais dans la rue, seul les réactions d’Emma nous feront revenir dans la chambre jusqu’à la fin de la scène. Puis une fois que l’aveugle eut fini de chanter on revient à l’intérieur d’abord par une vue d’ensemble « une convulsion la rabattit sur le matelas » puis enfin par la transition « Tous s’approchèrent » comme au début de l’extrait c’est Emma (son visage)

en relation

  • JOURNAL AVRIL 2015
    4004 mots | 17 pages