Dissertation un livre outil de liberté

724 mots 3 pages
« Un livre est un outil de liberté » Jean Guéhenno .

Certaines personnes pourront approuver cette idée tandis que d’autres, non. Mais il faut avouer que la lecture nous apporte bien plus de choses qu’on ne le pense. En lisant, notre esprit critique et notre imagination se développe de façon inconsciente. Les personnes qui pourraient ne pas approuver cette idée sont ceux qui n’aiment pas la lecture. Nous allons ainsi étudier cette citation de Jean Guéhenno afin de mieux la comprendre. Dans une premiere partie nous montrerons que le roman a une fonction divertissante puis dans une seconde partie nous verrons que les auteurs se servent aussi de leurs ouvrages pour exprimer une idée qui leur tient à coeur. Enfin dans une derniere partie nous verrons que la problématique n'a pas de solution.

-------------------------------------------------------------------------------------------------------------------------

Les hommes écrivent-ils seulement pour se divertir ?

La lecture consiste à se distraire, le livre est un objet de passe temps. Les lecteurs prennent plaisir à fuir la réalité en se plongeant dans un livre. On peut s’identifier à un ou plusieurs personnages en ayant l’impression de vivre la scène racontée. Il nous fait rêver ou nous fait peur. Mais un livre sert-il seulement à divertir ses lecteurs ? On peut se demander quels sont les réelles envies des auteurs.
Premièrement, nous pouvons penser que certains auteurs cherchent à écrire des textes qui plairont, non pas à eux même, mais au public. La comédie par exemple est un genre littéraire dont le but est d'être comique. L'auteur cherche à ce que la lecture de son oeuvre soit un moment de détente. Il met en scène, la plupart du temps, des personnages banals qui ont les mêmes soucis que nous au quotidien afin que le lecteur se reconnaisse en eux. L'histoire se finit toujours bien, les méchants perdants, les gentils triomphants, pour que le lecteur soit ravi à la fin

en relation

  • Ter sur l'apprentissage de la lecture
    1084 mots | 5 pages
  • Incipit baron perché
    1044 mots | 5 pages
  • Balzac et la petite tailleuse chinoise
    1718 mots | 7 pages
  • Les pouvoirs émancipateurs de la lecture
    866 mots | 4 pages
  • Livre outil de liberté
    542 mots | 3 pages
  • Steve
    300 mots | 2 pages
  • La nuit du renard
    280 mots | 2 pages
  • Satue de la liberté
    688 mots | 3 pages
  • 100 Jour en enfer
    586 mots | 3 pages
  • Un troisième concept de liberte
    7963 mots | 32 pages
  • Jean anouilh
    275 mots | 2 pages
  • Lycéenne
    931 mots | 4 pages
  • Avez-vous besoin comme l'écrit alain robbe-grillet, de « juger » d'' « aimer », de « hair » le personnage pour apprécier la lecture d'un roman?
    1823 mots | 8 pages
  • Libertinage et pensée
    580 mots | 3 pages
  • le prophète, Gibran.
    1687 mots | 7 pages