Dissertation

Pages: 5 (1027 mots) Publié le: 5 janvier 2011
Les époques en proie à de graves crises morales voient renaître, sous l'inquiétude et l'absence de repères, nombre de manifestations d'un besoin parfois très vif de se raccrocher à des certitudes. François Jacob dans « Le jeu des possibles » s'en prend violemment à "la vérité considérée comme un absolu", c'est-à-dire à la certitude d'avoir raison. Comment justifier ses propos ? Malgré lesconséquences souvent néfastes que la certitude ne manque de provoquer lorsqu'elle tourne au fanatisme, ne présente-t-elle pas quelques aspects positifs ?

Il est vrai que l'être enfermé dans ses certitudes est souvent inapte à la communication. Un homme politique, par exemple, a tout intérêt à savoir écouter les objections qu'on peut opposer à son programme, quelque conviction qu'il manifeste. Il nesera même véritablement convaincant qu'à ce prix, non seulement parce qu'il paraîtra plus tolérant, mais aussi parce qu'il pourra profiter au passage de ce que ces critiques lui apporteront pour fortifier sa pensée. D'aucuns pourraient aussi prétendre non sans raison que la certitude de détenir "la" vérité pousse à une vision manichéenne du monde. Songeons ainsi à tous ces dogmes intolérants qui ontvoulu imposer une vision simpliste du Bien et du Mal : tous les petits livres rouges, tous les manifestes et les bibles ont désigné des cibles grossièrement représentées, les exposant à la vindicte publique. On pense, par exemple, au stéréotype du Juif représenté par les nazis au mépris des connaissances ethniques ou scientifiques qui ne pouvaient que les infirmer. Parfois la certitude d'avoirraison risque aussi d'être un entêtement dans l'erreur. "L'erreur est humaine, persévérer est diabolique", affirme le dicton, et une personne trop sûre d'elle-même peut en effet s'enfermer dans des représentations qui lui feront perdre tout contact avec une réalité plus souvent en demi-teintes et en nuances. On ne manquera pas enfin d'objecter à la certitude le risque non négligeable d'engendrer lefanatisme. "Que répondre à quelqu'un qui vous assure qu'il mérite le ciel en vous égorgeant?" interroge Voltaire, et François Jacob condamne, lui aussi, la fureur dogmatique dont les prêtres et les hommes politiques se sont rendus coupables tout au long de l'Histoire. Pas un massacre, en effet, qui, jusqu'à nos jours, n'ait répondu à quelque obsession d'imposer sa norme, sa race, sa religion. Onpeut sans doute convenir avec Cavanna qu' "un croyant ne peut être qu'intolérant" et, avec Cioran, que "sous les résolutions fermes se cache un poignard". Pourtant, si redoutable que soit ce dernier argument, n'est-il pas possible de plaider pour la certitude ? D'abord la certitude est une condition essentielle de la découverte et de l'action. Sans elle, les grands découvreurs, les inventeurs detoutes sortes ne seraient jamais arrivés à leurs fins. Pensons, par exemple, à l'obstination sans failles dont un Galilée a dû faire preuve alors qu'on le sommait d'abandonner ses recherches. Le fameux "Et pourtant, elle tourne" n'est rien d'autre qu'une manifestation de cet entêtement. Contre l'avis du plus grand nombre, Colomb, lui aussi, a su s'entêter dans l'idée jugée folle d'aller chercher lesIndes par l'Ouest. "Voyez comme cette folie a pris corps et duré", note André Breton. En outre la certitude n'est-elle pas une condition essentielle de l'indépendance ? La pièce de Ionesco Rhinocéros en fournit un exemple patent : alors qu'autour de lui, tout le monde cède à la "rhinocérite", Bérenger ose seul affirmer : "Contre tout le monde, je me défendrai ! je suis le dernier homme, je leresterai jusqu'au bout ! Je ne capitule pas." Ces mots ne sont pas sans évoquer les paroles célèbres de Victor Hugo, résolument opposé, vingt années durant, à la dictature impériale: "Et s'il n'en reste qu'un, je serai celui-là !" L'homme d'état lui-même, à n'en pas douter, a besoin d'une conviction profonde. "L'autorité consiste à faire partager son idéal", écrit Charles de Gaulle. Est-ce le...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Dissertation
  • Dissertation
  • Dissertation
  • dissertation
  • dissertation
  • dissertation
  • Dissertations
  • dissertation

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !