Document finance islamiqe

663 mots 3 pages
Finance islamique au Maroc, quel avenir?

Avril, 2009

Préambule

Ce document propose des réflexions sur l’avenir de la finance islamique au Maroc Version : 0 Avril 2009 Contact auteur

Mohamed Wail Aaminou Phone : +1 919 451 17131 E-mail : mohamed.wail@gmail.com Skype Id : mohamedwail

-2-

Points clés
La finance islamique dispose d’un potentiel de croissance important au niveau mondial et national Un secteur financier islamique fort au Maroc permettra
D’augmenter le taux de bancarisation D’attirer et accompagner l’investissement arabe au Maroc De participer au développement du marche financier marocain

En dépit de l’introduction des produits alternatifs (islamiques) pour les clients particuliers et le projet de nouveaux produits alternatifs par les entreprises, le Maroc semble hésiter par rapport à son positionnement au regard du marché de la finance islamique Dans l’absence d’une volonté claire de la part de la banque centrale, des acteurs économiques, du conseil des oulémas et du monde académique marocains, le leadership régional en finance en général et en finance islamique en particulier basculera du coté de la Tunisie

-3-

Environnement : Offre
Croissance mondiale de la finance islamique
10 % croissance en moyenne durant les 10 dernières années Total des actifs gérés : $800 Milliards de dollars

Introduction de produits islamiques (dit alternatifs) par les banques marocaines en 2008 en direction des particuliers
Produits restreints : Ijara, Mourabaha et Moucharaka uniquement Contraintes en matière de communication (interdiction d’utiliser l’adjectif islamique)

Réglementation restrictive : Aucun établissement spécialisé dans ce genre de produits, restriction sur la communication… Offre inexistante en matière de gestion d’actifs, Sukuk (obligations) conformes aux principes de la Charia Le model de la finance islamique (et plus généralement économie) non enseigné dans les écoles de commerce et de gestion nationales

L’offre

en relation

  • stage complet sur le decouvert bancaire
    28300 mots | 114 pages