Document

839 mots 4 pages
Les registres.

Registre pathétique : du grec pathein «souffrir », il naît de la vue des souffrances d’autrui qui crée de la compassion chez celui qui lit ou regarde celui qui souffre. Cela peut-être provoqué par la douleur, l’horreur, la terreur, la tristesse.
Les procédés du pathétique sont marqués par un lexique de l’affectivité, de la souffrance, de l’exagération, par l’introduction du discours direct qui fait entendre la voix de la victime et par la fréquence des modalités interrogatives et exclamatives. ex : monologue d’Antigone où on sait qu’elle est condamnée à être emmurée vivante pour avoir enseveli son frère malgré l’interdiction du roi (les didascalies insistent sur la faiblesse d’Antigone : elle a froid, elle est seule, elle murmure); mort de Manon dans le désert dans Manon Lescaut de l’Abbé Prévost…

Registre tragique : il naît de la souffrance de héros souvent solitaires, confrontés aux drames de la destinée humaine, à la fatalité, au mal, à la mort ( Chronique d’une mort annoncée).
Le langage est souvent soutenu, l’accent est mis sur la situation désespérée du personnage qui est confronté à des forces qui le dépassent. ex : Roméo et Juliette (tragédie de la passion) de William Shakespeare : les 2 personnages sont confrontés à la haine qui oppose leur 2 familles, c’est pourquoi ils ne réussiront à vivre en paix, ils décideront de se suicider pour se rejoindre dans un monde meilleur.
Bérénice de Racine ( tragédie politique) qui montre la difficulté de gouverner et d’aimer, cette pièce met en scène l’incompatibilité du pouvoir et de l’amour et enfin Antigone de Sophocle ou d’Anouilh qui montre combien il est difficile de s’opposer aux lois, même injustes, édictées par un roi.

Registre épique : il emprunte ses caractéristiques au genre de l’épopée, long poème antique (L’odyssée ou L’Iliade d’Homère) ou médiéval ( La chanson de Roland) qui raconte les exploits souvent guerriers de héros surhumains, confrontés à des obstacles colossaux, dans

en relation