dossierqualif

5144 mots 21 pages
La préhension chez les enfants polyhandicapés
Table des Matières
Introductionp.4
Définitionsp.6
Axe santép.7
Axe psychologiquep.11
Axe déontologiquep.14
Axe technique éducativep.16
Pratique professionnellep.18
Projet de stagep.19
Pratique réflexif p.20
Fait marquant : Enfant très impressionnant durant une activitép.22
Fait marquant : Enfant qui avalait lentement et maintenant, tout progressep.23
Fait marquant : Enfant qui mange en hurlant mais aujourd’hui non !p.24 Mon attitude envers le bénéficiaire et l’équipep.25
VIII. Conclusionp.26
IX. Bibliographiep.27
X. Annexes p.28
I. Introduction
Lors de la rédaction de ce TFE et du choix de mon sujet, j’ai eu l’occasion de feuilleter le livre de Georges Olivier, « homme ou singe ». Il m’a aidée à rédiger mon introduction.
On loue souvent le génie du cerveau de l’homme qui, au travers des siècles, a créé, imaginé ou réalisé l’inimaginable ou l’irréalisable. Souvenons-nous des sept merveilles du monde, des chefs-d’œuvre technologiques ou artistiques. Or, que seraient ces créations, ces constructions, ces réalisations sans la main qui les a réalisées, sans l’habilité ou l’endurance de celle-ci ?
Le philosophe grec, Aristote, a dit : « Ce qui fait l’Homme, c’est la pensée et la pensée c’est la main ». Sans entrer dans des considérations philosophiques scientifiques, Georges Olivier attire l’attention que la bipédie a eu pour conséquence la libération de la main et que celle-ci s’est développée conjointement et indissociablement avec la pensée, avec le cerveau.
Ainsi, la main est devenue une extrémité servant principalement au toucher et à la préhension chez l’Homme. Mais, sommes-nous tous égaux face à la préhension ? Existe-t-il des individus (in)capables de saisir un

en relation