Droit civil

5695 mots 23 pages
Document 1 : Tribunal des conflits - 8 février 1873 – Blanco

Compétence du juge administratif pour connaître de la responsabilité à raison des dommages causés par des services publics
Analyse : Par l’arrêt Blanco , le Tribunal des conflits consacre à la fois la responsabilité de l’État à raison des dommages causés par des services publics et la compétence de la juridiction administrative pour en connaître.
Une enfant avait été renversée et blessée par un wagonnet d’une manufacture de tabac, exploitée en régie par l’État. Le père avait saisi les tribunaux judiciaires pour faire déclarer l’État civilement responsable du dommage, sur le fondement des articles 1382 à 1384 du code civil. Le conflit fut élevé et le Tribunal des conflits attribua la compétence pour connaître du litige à la juridiction administrative. L’arrêt Blanco consacre ainsi la responsabilité de l’État, mettant fin à une longue tradition d’irresponsabilité, qui ne trouvait d’exceptions qu’en cas de responsabilité contractuelle ou d’intervention législative, telle la loi du 28 pluviôse an VIII pour les dommages de travaux publics. Il soumet toutefois cette responsabilité à un régime spécifique, en considérant que la responsabilité qui peut incomber à l’État du fait du service public ne peut être régie par les principes qui sont établis dans le code civil pour les rapports de particulier à particulier. La nécessité d’appliquer un régime spécial, justifié par les besoins du service public, est ainsi affirmée. Le corollaire de l’existence de règles spéciales réside dans la compétence de la juridiction administrative pour connaître de cette responsabilité, en application de la loi des 16 et 24 août 1790, qui interdit aux tribunaux judiciaires de “troubler, de quelque manière que ce soit, les opérations des corps administratifs”. Au-delà même de la responsabilité, l’arrêt reconnaît le service public comme le critère de la compétence de la juridiction administrative, affirme la spécificité des règles

en relation

  • La responsabilité de l'etat est-elle encore ni générale, ni absolue ?
    3867 mots | 16 pages
  • Droit
    2108 mots | 9 pages
  • Droit civil
    1437 mots | 6 pages
  • droit civil
    1838 mots | 8 pages
  • Droit civil
    712 mots | 3 pages
  • droit civil
    3005 mots | 13 pages
  • Droit civil
    1649 mots | 7 pages
  • Droit civil
    1794 mots | 8 pages
  • Droit civil
    7990 mots | 32 pages
  • Droit civil
    37329 mots | 150 pages
  • Droit civil
    3066 mots | 13 pages
  • Droit civil
    4895 mots | 20 pages
  • droit civil
    69789 mots | 280 pages
  • Droit civil
    1387 mots | 6 pages
  • Droit civil
    425 mots | 2 pages