Droit constitutionnel

7344 mots 30 pages
CHAPITRE 1 : NOTION D’ETAT :
La définition de l’Etat reste complexe, et varie selon sa nature ou la position politique de chaque auteur. La définition de l’Etat a évolué et passée d’une notion philosophique à une notion institutionnelle, donc d’une notion juridique formelle à une notion sociologique et réaliste.
Le phénomène de l’Etat en tant que réalité politique et sociologique a remis en question toutes les analyses et justifications classiques (19eme, 20eme siècle).
Les auteurs classiques cherchaient un fondement de l’Etat selon une analyse philosophique et idéologique, alors que les théories contemporaines cherchaient une analyse réaliste de l’Etat.
SECTION 1 : LES ANALYSES CLASSIQUES DE L’ETAT :
Par le passé on a cherché l’explication de la nature du pouvoir de l’Etat par l’analyse de l’origine de l’Etat. Les auteurs chrétiens comme Saint Paul considèrent que l’origine du pouvoir est divin, et que le pouvoir politique a été créé par Dieu pour satisfaire ses créatures, sauf que cet accord cesse lorsque auteurs vont considérer que le prince ou le monarque est un représentant de Dieu sur terre, et d’autre vont considérer que le monarque gouverne contre la volonté de dieu.
L’Eglise chrétienne va montrer une certaine préférence à la monarchie, alors que des auteurs comment Saint Augustin, Saint Thomas d’Aquin (13eme siècle) manifestent une certaine souplesse, donc si le pouvoir politique est divin, dieu a laissé aux hommes la liberté de l’exercice de ce pouvoir, malgré cette position de souplesse, cette doctrine recommande la soumission au monarque et donc une interdiction d’agir violemment contre ce pouvoir politique malgré le fait qu’il soit injuste. C’est une position assez conservatrice.
A- L’ORIGINE CONTRACTUELLE DE L’ETAT :
La position de Saint Thomas d’Aquin est plutôt conservatrice, c’est pour cela que vers le 16eme siècle va émerger un nouveau courant de pensée qui va devenir assez dominant au 17eme siècle, et il va faire naitre l’Etat non pas

en relation

  • Droit constitutionnel
    1226 mots | 5 pages
  • Droit constitutionnel
    1298 mots | 6 pages
  • Droit constitutionnel
    5352 mots | 22 pages
  • Le droit constitutionnel
    1350 mots | 6 pages
  • Droit constitutionnel
    1168 mots | 5 pages
  • Le droit constitutionnel
    4130 mots | 17 pages
  • Droit constitutionnel
    26026 mots | 105 pages
  • Droit constitutionnel
    34588 mots | 139 pages
  • Droit constitutionnel
    1854 mots | 8 pages
  • Droit Constitutionnel
    26032 mots | 105 pages