Droit

264 mots 2 pages
La loi concerne le juge. Ce que le législateur à fait il peut l’abroger (une loi rétroactive : il n’y a pas de hiérarchie avec l’article 2).
La portée de l’article est limitée, elle est destinée au juge.
Textes interdisant la rétroactivité : Il n’y a aucune loi rétroactive en matière pénale. En matière pénale, si on a une loi plus sévère pour celui qui est visé par la loi (incrimination + condition sera plus douce donc rétroactive) mais qu’elle ne passe pas devant le conseil constitutionnel (elle est rétroactive) il se passe que l’on s’attache à l’article 7 de la CEDH (contrôle de conventionalité). C’est donc écarté par le juge du contrôle de conventionalité.
En matière civile il y a des lois rétroactives.
- Des lois de validations (loi qui permet de valider des actes de l’administration ayant étés illégaux/ ne pas remettre en cause dont la légalité était suspecte).(ex : Epoux le Carpentier ; arrêt du 13 juin 2007).
- Des lois interprétatives (principe de l’intégration de l’interprétation du corps du texte). Ex : conjoint intègre le partenaire pacsé. Il y a peu, en matière électorale pour les couples de fonctionnaires le conjoint n’entend seulement les personnes mariées. La loi interprétative devrait s’appliquer partout, mais tel que dans le code civil et autres elle ne s’applique pas (elle s’applique uniquement au cas où elle a vocation de s’interpréter).
Loi interprétative est une loi qui reconnait sans rien innover un droit préexistant qu’une définition imparfaite a rendue susceptible de

en relation

  • Le droit au droit
    1577 mots | 7 pages
  • Le droit est-il un droit?
    950 mots | 4 pages
  • Le droit et le droit
    342 mots | 2 pages
  • Le droit
    2588 mots | 11 pages
  • Droit
    1464 mots | 6 pages
  • Droit
    5390 mots | 22 pages
  • Droit
    417 mots | 2 pages
  • Droit
    2593 mots | 11 pages
  • Droit
    1472 mots | 6 pages
  • Droit
    753 mots | 4 pages