Droit

566 mots 3 pages
On trouve sur le site de l’Assemblée nationale et du Sénat le texte de la loi constitutionnelle adoptée, ainsi que le dossier législatif habituel comprenant les amendements et rapports.

La révision constitutionnelle a remplacé la "Haute cour de justice" par une "Haute Cour" qui, composée des députés et des sénateurs, peut désormais destituer le Président de la République "en cas de manquement à ses devoirs manifestement incompatible avec l’exercice de son mandat". Etant donné le caractère large de la formule, cette révision dépasse le seul règlement de la responsabilité pénale du chef de l’Etat. Par le choix de la réunion des chambres, elle pourrait ouvrir la voie à une mise en jeu de la responsabilité politique du président de la République, du moins dans le cas de non-coïncidence entre majorité présidentielle et majorité parlementaire.

Vis-à-vis des principes de responsabilité pénale applicables au président de la République en cours de mandat, cette révision n’apporte rien par rapport à l’état antérieur du droit.

En effet, dès avant l’intervention de la loi constitutionnelle du 23 février 2007, les contours de cette responsabilité étaient fixés par deux décisions, l’une du Conseil constitutionnel (n° 98-408 DC du 22 janvier 1999), l’autre de l’assemblée plénière de la Cour de cassation du 10 octobre 2001.

La responsabilité du Président reposait déjà sur la nature des actes qu’il accomplit. Les actes accomplis dans l’exercice des fonctions et présumés être constitutifs de haute trahison déclenchaient une mise en accusation par les deux chambres et le président était jugé par la Haute cour de justice (art. 68). Pour les actes accomplis dans l’exercice des fonctions et non constitutifs de haute trahison, “ le président bénéficiait (selon le Conseil constitutionnel, déc. précit.) d’une immunité. Au surplus, pendant la durée de ses fonctions sa responsabilité pénale ne pouvait être mise en cause que devant la Haute cour de justice, selon les modalités

en relation

  • Le droit au droit
    1577 mots | 7 pages
  • Le droit est-il un droit?
    950 mots | 4 pages
  • Le droit et le droit
    342 mots | 2 pages
  • Le droit
    2588 mots | 11 pages
  • Droit
    1464 mots | 6 pages
  • Droit
    5390 mots | 22 pages
  • Droit
    417 mots | 2 pages
  • Droit
    2593 mots | 11 pages
  • Droit
    1472 mots | 6 pages
  • Droit
    753 mots | 4 pages