Du contraste, de l'èspoire, de la vèrtue -quelques mots de ma vie-

1488 mots 6 pages
***** De ma vie et de mês sèrmons : “Au Lycée Molière” *****

Le Noir

Ce chapite du receuil est composé de trois laps et confrontations de ma vie entre l'âge de 13 et 14 ans au contacte de ce qui m'entourait, lors des quels l'unique sentient qui me possaidait était alors une écrasante sensation d'étrainte en de noirâtre volutes d'ombres dont la simbolique -aussi mistérieuse soit-elle- peut être comprises sous divers aspects .

Partie : - Les sphères corrompues -

Sans autre élément à ajouter à celà voilà donc les “sphères corrompues” dont je traiterais avec la plus net clareté possible, sans difamation ou exemple precis . Tout d'abord il serait judicieux de dire que le sujet sera quelque peu repris em la partie qui suit et qu'ici vous n'aurrez qu'un bref apperçu des idées que je m'étais faites sur le sujet ... Ce sont donc ces sphères corrompues que voie-ci :
Tout d'abord, on pourrait bien se demander qu'est-ce-que je désigne par ces tèrmes si pejoratifs et même, disons le, parfois un peu déplacé .Que sont les “sphères corrompues” ? Je vai vous le dire : il s'agit tout simplement de (ou des, plutôt) tissus qui constituaient et définissait une part (où totalité) des autres que je n'était pas capable - ou me refusais – d'intégrer .
Sans doute ais-je été de trop méprisant envers ces “gens” que je n'était pas capable de comprendre . - Ou peut-être que cette réaction et définition mienne étaient dûes ? Bien que les raison de cette “corruption” ne soit illustée qu'en ce qui suit, on peut em dire que j'ai été, em somme, seul car ignoré et donc méprisé de cette part (ou plutôt, ce tout) des individus que j'éstimais alors corrompus.Corrompus non pas pas de l'agent ou des biens matériels, mais par la noirceur même de leus ésprits et donc par tout ce que celà implique . À ce moment, peut être que cette partie aurrait-elle dûe être considérée comme une sorte d'introduction ou je ne sai quel outil de compréantion á “ Du Contraste, de l'Èspoire, de

en relation