du silence à la parole

1947 mots 8 pages
Du silence à la parole
A.L.G.D.G.A.D.L.U.

V :.M :.,et vous tous mes S :. Et mes F :. En vos grades et qualités.
Ce midi, je me retrouve une nouvelle fois au pupitre pour partager avec vous le sujet de cette planche qui nous concerne tous. Contrairement à des travaux plus techniques que j’ai pu vous présenter et qui, malgré mes efforts, ont pu rester hermétiques à certains d’entre nous, l’argument de ce midi sur le silence et la parole et en particulier le passage de l’un à l’autre vous touchera, j’en suis sûre, de plus près.

PREAMBULE
Mes S :. Et mes F :., nous nous connaissons mieux à présent et beaucoup d’entre vous sourient déjà à l’idée que je puisse parler du silence.
Il est vrai que je ne suis pas connue dans le monde profane ni au sein de notre temple comme un membre silencieux, cependant, il m’est donné l’occasion de m’exprimer sur le sujet et je ne manquerais donc pas à mon devoir de dissertation.
Il est vrai, le silence me terrorise, ou plutôt me terrorisait. Ce sentiment de vide, qui précède le malaise d’une situation a été longtemps pour moi, une excuse à la prise de parole. Quand il n’était pas subi, le silence m’était imposé : à l’école par exemple, à la maison quand j’interrompais l’écoute du journal télévisé ou lors d’un long voyage en voiture où je posais d’interminables questions auxquelles mes parents, lassés de mon insistance, me sommaient de me taire.
Ma curiosité étant sans limite, les trajets de plus d’une heure devenaient éprouvants pour ma famille et me mettaient grand soif !!
Pensez bien, j’avais commencé ma vie par 9 mois de silence imposé. A ma sortie, ma voix retentissait déjà en un cri libératoire. J’ai tôt fait de rattraper ce temps perdu.
« Le silence était au commencement de l’homme animal et le verbe, rompant ce silence a été au commencement de la conscience humaine ». N’en est-il pas ainsi ?
Bientôt, je compris que la dialectique était une arme puissante et je me fis un devoir d’apprendre à m’exprimer

en relation

  • De la parole au silence et du silence à la parole
    2643 mots | 11 pages
  • Sujet d’invention : vous rédigerez une suite à la nouvelle de vercors, le silence de la mer, où après la longue intervention de renaud, le narrateur reprendra la parole pour tenter de le convaincre de renoncer à son « holocauste ».
    277 mots | 2 pages
  • Silence et résonnance
    1696 mots | 7 pages
  • Silence
    2668 mots | 11 pages
  • Le silence
    1641 mots | 7 pages
  • Se taire
    1553 mots | 7 pages
  • la parole au silence
    1062 mots | 5 pages
  • Le silence
    2285 mots | 10 pages
  • Phèdre de Racine, une tragédie de la parole
    1088 mots | 5 pages
  • Le silence
    775 mots | 4 pages