Dub incorporation - tout ce qu'ils veulent

821 mots 4 pages
Ohhh eh oh, Give me again (x4) Hé yo , chacun son identité mais pour tous la même nation. Ohhh eh oh, Give me again (x4) Chacun sa culture mais pour tous le même pays mais on est sûr que ...

Tout ce qu'ils veulent c'est une France qui ferme sa gueule, Une fois de plus la machine est lancée ! Tout ce qu'ils veulent c'est une nation comme ils veulent, Une fois de plus la sentence est tombée !

Tout ce qu'on veut c'est se sentir chez soi, Face a l'adversité ici je reste. Tu fermes ta porte mais ne viens plus chez moi. Mon identité grandit sans cesse !

J'attaque tes envies de m'voir quitter c'pays. J'attaque pour mes frères, la morale et nos vies. J'attaque comme le font ces lois J'attaque mensonge et mépris J'attaque, et dans ton pacte une putain d'ironie. J'traque ton discours, j'traque ton derrière, J'traque tous tes hommes quand ils renvoient les charters, Même les plus tranquilles deviennent vénères en tant d'guerre. Give the faya hého, give the faya hého.

Enfants d'immigrés tout c'qu'on fait nos parents nous donnent le droit, De ne pas douter de ce que l'on est, de ce qu'on fait là Les valeurs se perdent aucun hymne ne les ramènera. Mille couleurs au drapeau car trois ne suffisent pas, On n'choisit pas où on nait pas toujours où on va, Frères sans papier, donnant leurs au moins le choix, On tue même les hommes certains deviennent des proies, On crée des lois pour ça !

Tout ce qu'ils veulent c'est une France qui ferme sa gueule, Une fois de plus la machine est lancée, Tout ce qu'ils veulent c'est une nation comme ils veulent, Une fois de plus la sentence est tombée.

Tout ce qu'on veut c'est se sentir chez soi, Face à l'adversité ici je reste. Tu fermes ta porte mais ne viens plus chez moi, Mon identité grandit sans cesse !

Né en France, YEAH, je l'aime c'est ma terre Quand elle respecte ses fils, et qu'elle nous considère, On reste droit, fier, nos

en relation

  • Ipad
    10729 mots | 43 pages
  • Droit
    11335 mots | 46 pages
  • Studio
    97195 mots | 389 pages