Ecjs - homosexualité adolescence

2681 mots 11 pages
ECJS – GROUPE
Problématique :
La place de l’homosexualité dans la société Française d’hier et d’aujourd’hui.

1ère Partie : L’homosexualité d’hier
A. L’homosexualité dans l’Antiquité
B. La morale de l’Eglise
C. Les temps modernes
2ème Partie : Les limites d’intégration de l’homosexualité A. Le mariage, une barrière à l’intégration de l’homosexualité B. L’adoption, une limite à cette intégration ? C. L’homophobie, un sujet d’actualité qui freine l’intégration de l’homosexualité D. L’homosexualité rejetée par les familles concernées
3ème Partie : Se montrer : un moyen d’intégration
CONCLUSION
Par : → Louis Baptiste Guerin
→ Agnès Moriceau
→ Claire Dubosc
→ Manon Lalin
A. L'homosexualité dans l'Antiquité Le mot « homosexualité » aurait été créé à partir de l'allemand en 1891. Depuis des siècles, l'homosexualité en tant que relation entre deux personnes de même sexe est présente. Dans l'Antiquité, elle occupait une place importante qui n'était ni réprimée ni rejetée. En effet, dans la Grèce ancienne, l'homosexualité masculine était, tout d'abord, un rite pédagogique qui était présent dans l'éducation des jeunes adolescents. A l'âge de l'adolescence, les futurs adultes suivaient des rites de passage qui les liaient à un aîné incarnant la sagesse et l'expérience. Ensuite, il pouvait exister des amours masculins car, premièrement, seul l'homme participe à la vie politique de la Cité : c'est en cela qu'il est un citoyen. De plus, les hommes partageaient beaucoup d'activités (sports, bains,...) ce qui renforçait leur complicité et donc une possible attirance. Les Femmes, au contraire, avaient très peu de droits, mis à part celui de procréer. Cependant, la célèbre poétesse Sapho, dans la Grèce Antique, à donné son noms aux amours entre femmes. Sur l'île de Lesbos, qui à donné le nom « lesbienne » que nous connaissons aujourd'hui, Sapho dirigeait un groupe de jeunes filles qui entretenaient des relations homosexuelles et libres.

en relation