Economie : ethique et rentabilité

Pages: 9 (2161 mots) Publié le: 18 juin 2013
Groupe FCA : Université Bordeaux IV
IUT Bordeaux Montesquieu
Département GEA














PROJET DE SYNTHESE




Ethique et rentabilité des entreprises











Professeurs responsables : Christine MICHI et Jean-François FERRET
Semestre 3 – Année scolaire 2008/2009Ethique et rentabilité des entreprise


INTRODUCTION

- Citations, points de vus de dirigeants d’entreprises, de salariés
- « Ethique d’entreprise » : notion venant des Etats-Unis
- Notion s’installant à la l’université : à L’ISSEC IMD cycle intitulé « Management de l’éthique des affaires » selon une loi simple « l’éthique est une source de profits »
- Définition de« éthique » et « rentabilité » (dictionnaire, ouvrages de comptabilité, de sociologie)
- Economie et morale : André Comte-Sponville « le Bien (au sens moral du terme) et les biens (au sens économique) ne font pas toujours bon ménage »
- André Comte-Sponville : éthique=ce qui est fait par amour (différent de « morale » au sens d’obligations et des interdits que l’on s’impose personnellementindépendamment de toute récompense ou sanction attendue)
- Comparaison temporelle
- Responsabilité sociale
- Entreprises citoyennes
- Normes existantes
- Projet de normes : normes ISO 26000
- Démarche + mesures volontaires

Questionnements :
- Ethique et rentabilité : lien ? notions compatibles ? Paradoxe ?
- L’éthique est-elle compatible avec la notion derentabilité ?
- L’éthique d’entreprise est-elle rentable ?
- Quels sont les atouts d’une démarche éthique ? aux niveaux interne et externe de l’entreprise ?




1. Limite : éthique pas réellement rentable pour l’entreprise / Les déboires de l’éthique


1. Une relation paradoxale Ethique/Rentabilité


1. Une entreprise est par définition rentable, pas éthique (définition de LionelROBBINS, essay on the nature and significience of economic, années 1930)


2. Distinction ordre moral et ordre éthique (André Comte-Sponville)



2. Le choix d’une éthique par défaut


1. Les obligations légales

2. L’exemple de NIKE : obligation d’intégration de l’éthique à cause de divers scandales


3. Difficulté d’insertion de l’éthique au sein del’entreprise


1. Un frein à la rentabilité


2. Une éthique illusoire


4. Trop d’éthique tue l’éthique : exemple du Japon


2. Ethique interne, prise en considération des salariés

1. Passage du taylorisme au toyotisme : intégration du salarié dans l’entrepriseç

1. Modèle classique avec l’organisation scientifique du travail
2. Behaviorisme : aspecthumain pris en compte, postulat de Freud
3. Toyotisme : intégration de l’homme au système de gestion de la production


2. Les moyens mis en œuvre pour un dévelopement de l’éthique au sein de l’entreprise

1. Notion de responsabilité sociale des entreprises
2. Charte éthique

3. Culture d’entreprise pour une meilleure rentabilité


1. Notion de cultured’entreprise
2. Image de l’entreprise : influence de la culture d’entreprise sur le comportement des salariés, références culturelles communes




Ethique dans l’entreprises : prise en compte salarié : travail plus rentable, plus efficace, + rentabilité dégagée


3. Ethique externe, image éthique, plus de clients, plus de rentabilité

1. Des produits éthiques attirent desconsommateurs socialement responsables de plus en plus nombreux

1. Le commerce équitable (boom de ce commerce) permet de doper ses ventes,
(Motivations du consommateur
( Solidarité rime avec rentabilité
( L’éthique comme moyen et fin du commerce équitable


2. Les produits écologiques : « vendre du vert »

( Les ventes augmentent...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Ethique et économie
  • Ethique et economie
  • Ethique et économie
  • Economie et éthique
  • Économie taux de rentabilité
  • Synthèse documents ethique économie
  • Ethique dans les controle financiers des economies africains: cas des comors
  • Rentabilité

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !