EDITORIAL

Pages: 5 (1002 mots) Publié le: 8 février 2015
Lundi 20 janvier 2015
L’édito
de Thomas

Ils s’appelaient Charb, Cabu, Wolinski, Tignous, Honoré, Elsa Cayat, Mustapha Ourad, Bernard Maris, Frédéric Boisseau, Michel Renaud, Franck Brinsolaro, Ahmed Merabet.
Ils étaient journalistes, dessinateurs, correcteur, chroniqueur, agent d’entretien, policiers, et tous ont perdu la vie le 7 janvier 2015 dans un attentat terroriste perpétré par deuxextrémistes, les frêres Kouachi.
Elle s’appelait Clarissa Jean-Philippe et elle était policière municipale à Montrouge, dans la banlieue parisienne. Elle est tombée sous les balles d’Amedy Coulibaly le jeudi 8 janvier 2015.
Ils s’appelaient Yohan Cohen, Yoav Hattab, Philippe Braham, François-Michel Saada. Ils sont morts le vendredi 9 janvier 2015 dans l’attentat et la prise d’otages de l’épiceriecasher de la porte de Vincennes à Paris.
Les attentats qui ont endeuillé notre pays nous ont violemment fait prendre conscience que cette liberté, si chèrement acquise au fil des siècles, est fragile.
Les frêres Kouachi et Amedy Coulibaly ont voulu saper une des bases fondamentales de notre société, ils ont essayé de tuer notre libre expression, notre droit à la libre pensée, notre droit derire et de tourner en dérision même les choses plus graves.
Nous vivons dans un siècle tourmenté, où les hommes, après s’être posé des questions pour lesquelles ils n’ont pas toujours obtenu de réponses, s’affrontent sur le terrain de la politique, de la religion.
La religion est devenue l’enjeu de guerres fratricides et a perdu son rôle de conciliateur, de réconciliateur, de guide spirituel.Aujourd’hui croire, et surtout pratiquer une religion fidèlement, fait peur.
Que l’on soit catholique, musulman, juif, orthodoxe, protestant, bouddhiste ou de toute autre confession, la pratique de notre culte effraie ceux qui n’adhèrent à aucune religion ; ils ont peur de cette ferveur, de cette communion des esprits.
Ont-ils raison ?
Fut un temps on en aurait ri et on aurait répondu que c’étaitridicule, qu’on a peur de ce que l’on ne connait pas.
Aujourd’hui, malheureusement, on ne peut plus être sûr de rien ; nos certitudes ont fondu comme neige au soleil face à la montée de l’intégrisme.
Au XXI ème siècle on meurt pour notre appartenance religieuse, pour nos croyances. Nous pensions avoir dépassé depuis longtemps l’obscurantisme médiéval, le fanatisme inquisitorial, mais voilà que lesvieux démons des siècles passés ressurgissent, encore plus forts, plus violents qu’auparavant.
La mort a pris le visage de jeunes hommes ou femmes qui ont grandi dans notre pays, dans leur pays, la France. Ils ont partagé les bancs de l’école laïque et républicaine, ils ont appris à aimer la liberté, ils ont partagé le culte de leurs parents.
Ils ont grandi. Et puis, un jour, ils ont croisé lechemin d’un prêcheur qui leur a dit que la religion n’était pas faite d’amour, de partage et de tolérance. Il leur a dit que la religion était violente, destructrice, et qu’ils devaient devenir son bras armé, son bras vengeur.
Alors ils ont oublié tout ce qu’ils avaient appris. Ils ont oublié la liberté. Ils ont oublié la foi. Ils ont oublié la paix. Ils ont oublié leurs parents. Ils ont oubliéleurs amis. Ils ont oublié leur pays. Ils ont oublié leur vie.
Ils sont devenus des tueurs.
Et ils ont frappé. Brutalement. Ils ont tué ceux qui, depuis des années, combattaient l’obscurantisme, l’extrémisme, sous toutes leurs formes avec pour seule arme leur humour et un crayon.
Car il est bien là le problème !
Ils ont peur de notre rire car il n’a pas de frontières, pas de religion, pasd’appartenance politique.
Il est libre et parfois, communicatif.
Rabelais a dit : « le rire est le propre de l’homme » …
Si on nous enlève cette faculté à rire de tout, cette liberté de rire même des pires choses, alors nous perdrons notre humanité et nous deviendrons les esclaves de l’obscurantisme, du fanatisme.
Ils les ont tué mais ils n’ont pas tué la liberté, ils n’ont pas tué l’humour,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Editorial
  • Editorial
  • Éditorial
  • Editorial
  • Editorial
  • Éditorial
  • Editorial journaux
  • la ligne éditoriale

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !