Eisenstein

1220 mots 5 pages
EISENSTEIN

[pic]

Fils d’un architecte-ingénieur d’origines juives allemandes et d’une mère russe issue de la grande bourgeoisie marchande, Sergei Mikhailovich Eisenstein nait le 23 janvier 1898, à Riga, ville de l’Empire Russe proche de la Mer Baltique, maintenant capitale de la Lettonie. Enfant solitaire, il grandit dans une famille désunie. Après le divorce de ses parents, il poursuit ses études au Lycée de Riga puis intègre l’Institut du Génie Civil de Petrograd. Dès le début de la Révolution Russe, il entre dans la milice populaire. En mars 1918, il s’engage dans L’Armée Rouge et travaille pour le théâtre des armées. Démobilisé, il apprend le japonais à l’Institut Militaire de Moscou, puis décide de devenir acteur. Il collabore au Proletkoult, organisation littéraire et artistique soviétique, suit des cours d’art dramatique dispensés par Vsevolod Meyerhold et fonde sa propre troupe, avec Sergei Tretiakov, en 1924.
Après un court-métrage tourné en 1923, Sergei M. Eisenstein incite le Proletkoult à se lancer dans les productions cinématographiques. Sept projets sont programmés, le jeune cinéaste en dirige un, «La grève» en 1925. La même année, il réalise son chef-d’œuvre, «Le cuirassé Potemkine», film de propagande sur les tragiques événements de 1905, la révolte puis le soutien d’un mouvement ouvrier aux matelots mutins d’un navire dans le port d’Odessa. Un énorme succès en URSS, une œuvre un divisera les censures des pays occidentaux pendant plusieurs années mais sera finalement reconnue comme le plus grand film de tous les temps. En 1927, pour marquer le jubilée de la Révolution, il réalise «Octobre». Après le tournage de «La ligne générale» (1929), il accepte l’invitation du producteur Joseph Schenk pour travailler à Hollywood. Accompagné son directeur de la photo Eduard Tissé et de son assistant Grigori Aleksandrov, il est en route quand il apprend l’annulation de la proposition de Schenk. En Suisse, il tourne «Tempête sur la Serraz» (1929), puis

en relation

  • Eisenstein
    983 mots | 4 pages
  • Eisenstein
    1106 mots | 5 pages
  • Eisenstein
    1101 mots | 5 pages
  • Retrospective sergeuei eisenstein
    4205 mots | 17 pages
  • Otto dix et eisenstein
    430 mots | 2 pages
  • Biographie de Serguei Eisenstein
    286 mots | 2 pages
  • Eisenstein et le cinema sovietique en quelques textes…
    2581 mots | 11 pages
  • Lettre sup 1ère cinéma - cours mélies, montage, eisenstein
    4558 mots | 19 pages
  • Texte d’elizabeth l. eisenstein, la rév° de l’imprimé à l’aube de l’europe moderne, chapitre 3
    1086 mots | 5 pages
  • Inconnu à cette adresse
    1333 mots | 6 pages