Electre egiste nature des dons

1125 mots 5 pages
| Egisthe | Electre | Quand ?Où ?De qui ?Sur quel registre ?Nature des donsConséquences | « à l’aube » , « à la seconde où le brouillard s’est évanoui »« la colline qui surplombe Argos »Position de supériorité : chef de guerre, bientôt roi« Ô puissance du monde », « dieu »Les dieux/Dieu, origine explicite puisqu’il sait qui remercierDiscours d’invocation sans destinataire présent, ni vraiment identifié. Les autres personnages assistent en spectateurs (théâtre dans le théâtre) cf mendiant « écoute »Registre épique (discret, quelques allusions seulement : « bataille », « cheval », « patrouille ») + noble, tout à fait adapté pour un futur roi : Eg rentre dans la peau de son rôle.symbole de la puissance militaireLyrique : invocation (« Ô puissance du monde ») expression personnelle des sentiments (svt dans le cadre de la nature) prière, action de grâce, ponctuation expre ( ! ×6), voc des sentiments : « affreux », « désespoir », « bonheur », « inquiétude », « joie »Nature : « pigeon », « 1ere haleine de la terre », « désert », « jaguar », « crocodile »Don explicite, facilement identifiable : la ville d’Argos ie la royauté : c’est le moment où le roi va se déclarer dans EgisteUn dévoilement, une illumination, une apparition, ie d’un seul coup : « à la seconde où »Quoi ? la ville d’Argos cf voc des infrastructures urbaine : « tannerie », « tours », « ponts », « écluses »Don disparate*, mais fonctionnant par « couple » ou « binôme » (hormis Electre ce qui souligne encore à quel point elle est exclue de la société humaine « normale »)Soleil/lanterne ; lumière naturelle/artificielle ; temple/masure ; riche/pauvre ; homme/dieu ; lac/tannerie ; nat/industrie ; beauté/odeur etcexpression d’une totalité, grâce à ces couples antithétiques : on lui offre la totalité de la villemvt de resserrement par opposition à l’élargissement de la tirade d’Electre. Don bcp + intime paradoxalement (ça reste quand même une ville) : « j’ai reçu ce matin ma ville comme une mère son enfant » =

en relation

  • La parrhèsia
    24686 mots | 99 pages