Elisabeth Bathory Bis

8730 mots 35 pages
** Corpus **

Sheridan Le Fanu, Carmilla.
Bram Stoker, Dracula.
(Poème de Valentine Penrose, La Comtesse Sanglante.)
Corpus d’œuvre critique littéraire de Jean Marigny, Sang pour Sang Le réveil des vampires.
Articles net http://sylphe.chez-alice.fr/elizabeth.html.
Œuvre supplémentaire (extrait) La comtesse sanglante de Penrose.
(« Je t’adore à l’égal de la voute nocturne » Charles Baudelaire. )
La Comtesse de Julie Delpi.

** Sommaire **

Page 3 : Introduction

I : Elisabeth Báthory

Page 4 à 18 : La comtesse
Page 19 à 20 : La comtesse de Julie Delpi

II : Le mythe du Vampire dans la littérature : étude de cas sur Carmilla (Sheridan Le Fanu)

Page 21 à 23 : Le mythe du vampire
Page 24 à 25 : Littérature vampirique
Page 26 à 29 : Carmilla Sheridan Le Fanu
Page 30 : Dom Calmet
Page 31 à 32 : Biographie de Sheridan le Fanu
Page 33 : Conclusion

** Introduction ** Il est impossible de s'intéresser au phénomène, réel ou imaginaire, du vampirisme sans se référer au personnage qui défraya la chronique (au XVIIE siècle en Hongrie et Transylvanie), et qui dans la mémoire des peuples, à provoquer l'apparition d'une image surprenante, ambiguë, terrifiante: la comtesse Elizabeth Báthory est en effet une des incarnations les plus caractéristiques de ce que l'on a coutume de classer dans la catégorie des vampires, malgré les interférences inévitables qui se sont produites sur ce que l'on sait de sa vie, ce fut une criminelle, assurément. Mais ce fut aussi une femme mystérieuse qui a emporté dans la tombe de lourds secrets. Elle a inspiré beaucoup d’auteur de littérature vampirique, notamment Sheridan le Fanu (écrivain irlandais 1814-1873), dans son roman Carmilla. C’est un roman fantastique paru en 1872 dans le recueil In a Glass Darnley (Les Créatures du miroir). Appartenant au style gothique, elle a pour héroïne « une » vampire. Laura, fille unique d'un gentilhomme anglais installé en Styrie, accueille sans la moindre inquiétude Carmilla, une jeune

en relation