Emile Zola Germinal

377 mots 2 pages
Texte B - Emile Zola, Germinal, première partie, chapitre VI, (1885). [Mécanicien au chômage et sans attache. Etienne Lantier trouve à s'embaucher aux mines de Montsou. Mais une hésitation le prend : doit-il rester ?] Pendant qu'Etienne se débattait ainsi, ses yeux, qui erraient sur la plaine immense, peu à peu l'aperçurent. Il s'étonna, il ne s'était pas figuré l'horizon de la sorte, lorsque le vieux Bonnemort le lui avait indiqué du geste, au fond des ténèbres. Devant lui, il retrouvait bien le Voreux, dans un pli de terrain, avec ses bâtiments de bois et de briques, le criblage goudronné, le beffroi couvert d'ardoises, la salle de la machine et la haute cheminée d'un rouge pâle, tout cela tassé, l'air mauvais. Mais, autour des bâtiments, le carreau1 s'étendait, et il ne se l'imaginait pas si large, changé en un lac d'encre par les vagues montantes du stock de charbon, hérissé des hauts chevalets qui portaient les rails des passerelles, encombré dans un coin de la provision des bois, pareille à la moisson d'une forêt fauchée. Vers la droite, le terri2 barrait la vue, colossal comme une barricade de géants, déjà couvert d'herbe dans sa partie ancienne, consumé à l'autre bout par un feu intérieur qui brûlait depuis un an, avec une fumée épaisse, en laissant à la surface, au milieu du gris blafard des schistes et des grès, de longues traînées de rouille sanglante. Puis, les champs se déroulaient, des champs sans fin de blé et de betteraves, nus à cette époque de l'année, des marais aux végétations dures, coupés de quelques saules rabougris, des prairies lointaines, que séparaient des files maigres de peupliers. Très loin, de petites taches blanches indiquaient des villes, Marchiennes au nord, Montsou au midi ; tandis que la forêt de Vandame, à l'est, bordait l'horizon de la ligne violâtre de ses arbres dépouillés. Et, sous le ciel livide, dans le jour bas de cet après-midi d'hiver, il semblait que tout le noir du Voreux, toute la poussière volante de la houille

en relation

  • Emile zola: germinal
    1065 mots | 5 pages
  • Emile zola germinal
    1053 mots | 5 pages
  • Emile Zola, Germinal
    586 mots | 3 pages
  • Commentaire de germinal, emile zola
    1184 mots | 5 pages
  • Introduction Germinal Emile Zola
    294 mots | 2 pages
  • Emile zola, germinal, incipit
    857 mots | 4 pages
  • Commentaire germinal de emile zola
    661 mots | 3 pages
  • Emile zola, germinal, 1884
    578 mots | 3 pages
  • Germinal Emile Zola 1885
    923 mots | 4 pages
  • Emile zola, germinal
    417 mots | 2 pages