Emile zola

1091 mots 5 pages
Evoquant la série des Rougon-Macquart comme la lettre ouverte « J’accuse… ! », le nom d’Emile Zola résonne encore dans la mémoire collective française. En fondant le roman naturaliste qui donne à la science, au peuple et au social toute son importance, et faisant le choix de risquer l’emprisonnement pour dénoncer l’antisémitisme, Zola a profondément marqué les consciences de la fin du XIXème siècle.

De la librairie au livre

Fils d’un ingénieur d’origine vénitienne et d’une femme originaire de la Beauce, Emile Zola naît le 2 avril 1840 à Paris mais passe sa jeunesse à Aix-en-Provence. A sept ans, il est orphelin de père, ce qui pose des difficultés financières à sa mère. Au collège où il côtoie notamment Paul Cézanne, mais ses conditions pécuniaires lui interdisent bientôt les études. Revenu à Paris en 1858, il échoue deux fois au baccalauréat à cause du français, puis, renonçant à peser plus longtemps sur le budget de sa mère, il décide de chercher du travail. Après quelques petits postes ingrats, il entre en 1862 à la librairie Hachette en tant que commis.

Rapidement, il prend du galon pour devenir responsable de la publicité. Profitant de cette situation privilégiée, il croise et noue des relations avec de nombreux écrivains et lit ses contemporains. Par ailleurs, par l’intermédiaire de Paul Cézanne, il est au contact de peintres prometteurs. Baignant dans les cercles artistiques et intellectuels parisiens, il se fait une place dans les rubriques littéraires de la presse. Prenant la défense de peintres refusés au salon, comme Manet, il se construit une réputation de critique d’avant-garde. Après les Contes à Ninon, il publie en 1865 son premier roman, la Confession de Claude, avant de démissionner un an plus tard pour se consacrer à l’écriture.

La fondation du naturalisme

En 1867, il publie son premier roman naturaliste : Thérèse Raquin. L’œuvre, qui raconte un meurtre sordide et la déchéance des personnages rongés par la mauvaise conscience, fait

en relation

  • Emile zola
    14719 mots | 59 pages
  • Emile zola
    648 mots | 3 pages
  • Emile zola
    600 mots | 3 pages
  • Émile zola
    1617 mots | 7 pages
  • emile zola
    344 mots | 2 pages
  • Emile zola
    1752 mots | 8 pages
  • Emile zola
    596 mots | 3 pages
  • Emile zola
    1048 mots | 5 pages
  • Emile Zola
    2781 mots | 12 pages
  • Emile zola
    378 mots | 2 pages