Emile zola

250 mots 1 page
S'il a choisi l'univers des mineurs pour situer son décor, ce n'est pas par hasard: les accidents y sont fréquents et l'agitation sociale aussi. Toujours animé du désir de voir de ses propres yeux le spectacle qu'il décrit, il décide d'aller visiter les corons du Nord. Le voici à Denain, où une conversation avec un ancien mineur lui ouvre des horizons nouveaux. Mais cela ne lui suffit pas et il obtient l'autorisation de descendre dans un puits.
Malgré son embonpoint, malgré le froid qui règne à une certaine profondeur, courbé en deux, haletant, à bout de forces, Zola va jusqu'au bout de son exploration. Elle lui inspire un tableau d'un réalisme saisissant quand il raconte la tâche quotidienne des mineurs:
« Ils cessaient de sentir l'eau qui ruisselait et enflait leurs membres, les crampes des attitudes forcées, l'étouffement des ténèbres. Pourtant, à mesure que la journée avançait, l'air s'empoisonnait davantage, se chauffait de la fumée des lampes, de la pestilence des haleines, de l'asphyxie du grisou... Eux, au fond de leur trou de taupe, sous le poids de la terre, n'ayant plus de souffle dans leurs poitrines embrasées, tapaient toujours.»
Zola ne pourrait raconter ce qu'il voit avec de tels accents de vérité s'il n'était déjà gagné à la cause de ceux dont il parle, s'il ne blâmait pas au fond de lui les conditions d'existence qui sont les

en relation

  • Emile zola
    14719 mots | 59 pages
  • Emile zola
    648 mots | 3 pages
  • Emile zola
    600 mots | 3 pages
  • Émile zola
    1617 mots | 7 pages
  • emile zola
    344 mots | 2 pages
  • Emile zola
    1752 mots | 8 pages
  • Emile zola
    596 mots | 3 pages
  • Emile zola
    1048 mots | 5 pages
  • Emile Zola
    2781 mots | 12 pages
  • Emile zola
    378 mots | 2 pages