Empereurs et sénateurs à Rome

Pages: 5 (1005 mots) Publié le: 8 octobre 2014
Empereurs et sénateurs d’Auguste à Vespasien


Lorsque Auguste installe le principat, la République est théoriquement restaurée : le Sénat retrouve une place éminente, à sa tête le Princeps donne les grandes orientations, les magistratures sont maintenues. Pourtant, la réalité de l’évolution du pouvoir au cours du 1er siècle ap. J.-C. dessine les contours de nouvelles pratiquesinstitutionnelles, qui se cherchent, entre innovation nécessaire à un nouveau régime et besoin de se conformer aux modèles anciens hérités de la libre République. Sénat et empereurs deviennent les pôles du pouvoir : l’un prétend hériter les traditions anciennes et aristocratiques, l’autre concentre des pouvoirs croissants lui permettant de contourner les institutions républicaines ou de les détourner à sonprofit. L’arrivée, après la mort de Néron, de quatre empereurs qui ne sont pas issus de sa famille, et même parfois proviennent d’une gens obscure comme dans le cas de Vespasien, confirme et relance le problème : on a institutionnalisé la domination impériale en ne la rendant plus le monopole d’une seule lignée.
D’où, entre chacune de ces institutions, un malentendu tenace, accru par le caractèrepersonnel d’un grand nombre des relations mises en cause : tel sénateur, tel empereur ont des personnalités et des conceptions individuelles variables ; comment, dans un tel contexte, élaborer une dynamique permettant la création d’un modèle ? Problème accru si l’on garde à l’esprit que le Prince et les membres du Sénat sont en théorie issus d’un même milieu – l’aristocratie de l’Empire –partageant la même culture, les mêmes conceptions générales, voire les mêmes préjugés, et encore plus accru si l’on se souvient que nos sources, émanant de l’aristocratie sénatoriale, ont tendance à privilégier plutôt l’une de ces conceptions générales. Comment, dès lors, peut-on analyser la façon dont se dessinent les relations entre eux ?
Pour répondre à ces questionnements, il paraît tentant desuivre plusieurs axes. Le premier consistera a examiner la présentation théorique de la nouvelle répartition des pouvoirs et les relations qu’elle est censée créer au sein de la classe dirigeante : elle fournit le cadre à l’intérieur duquel les rapports entre empereurs et sénateurs se peuvent déployer. Le deuxième axe suivi permettra au contraire d’examiner les biais, apportés par la pratique dupouvoir, à cette présentation officielle ; les choses sont agencées de telle façon qu’une asymétrie profonde se crée entre ces personnages ; les rapports, censément pleins d’esprit de collaboration entre eux, peuvent être transformés en rapports de résistance, de défense ou d’attaque. Le troisième axe montrera les références culturelles à travers lesquelles ces rapports plus ou moins tendus peuvent êtrecompris : ainsi la tentation permanente du Prince de se référer à des souvenirs hellénistiques, issus d’une culture commune, ou celle du Sénat d’en appeler à une référence républicaine devenue peu à peu mythique.

*

Collaboration : le compromis du Principat

• L’empereur, un sénateur comme les autres : même milieu social que les sénateurs (encore plus au début, quand subsistent desvieilles familles républicaines), même éducation, même culture. Il ne supprime pas les magistratures et ne les occupe pas systématiquement.
• Le Sénat, institution flattée par le Prince : plus grands pouvoirs (ajouter les réformes de Tibère) ; pouvoir sur des provinces sénatoriales ; plus grande facilité de travail ; est sa propre cour de justice.
[on peut détailler les détails du compromis de –27, àcondition de les relier au sujet]





La nouvelle asymétrie des pouvoirs

• L’empereur, aux pouvoirs qui cachent leur nom
Il a des pouvoirs qui lui permettent de bloquer toute concurrence venue du Sénat (puissance tribunicienne) ; il a le plus de provinces, et il s’immisce dans les provinces sénatoriales ; l’armée, de fait, dépend de lui (il est en pratique le seul à en disposer), et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • empereur de rome
  • Etre empereur à l’époque des macédoniens
  • citoyenneté a rome et a Athénes
  • La loi à rome dans l'antiquité
  • Democratie à rome
  • Commentaire sur la citoyenneté à rome
  • voyage à Rome dans l'Antiquité
  • Démocratie à Athènes et à Rome

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !